Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cedeao: Le président Patrice Talon inquiet pour le Mali

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cedeao: Le président Patrice Talon inquiet pour le Mali


Le président Patrice Talon a participé, jeudi 20 août par visioconférence, au sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) sur la situation politique au Mali. Comme ses pairs de l’instance communautaire, le chef de l’Etat s’est inquiété de la tournure que prend la situation.

LIRE AUSSI:  Congrès ordinaire du MoDEC mué en Parti national Couronne: Sous le signe de l’unité, de la paix et de la justice sociale

Plusieurs décisions ont été prises par le sommet extraordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) sur la situation politique au Mali. Sommet qui s’est tenu, jeudi 20 août par visioconférence et auquel a participé le président Patrice Talon. A l’occasion, le président Patrice Talon, à l’instar de ses homologues, s’est inquiété de la tournure prise par la situation dans ce pays. Situation qui s’est aggravée par « l’irruption des militaires sur la scène et la mise en place, par ceux-ci, d’un Comité national pour le salut du peuple le mardi 18 août », indique le compte rendu de sa participation parvenue à notre rédaction. Les chefs d’Etat de la Cedeao ont, au cours de ce sommet, rappelé aux militaires putschistes, la responsabilité qui est la leur pour ce qui est de la sûreté et de la sécurité du président Ibrahim Boubacar Keïta ainsi que des officiels qui ont été arrêtés. « Ils ont dénié catégoriquement toute forme de légitimité aux militaires putschistes et ont exigé d’eux, le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel ».
Au terme de leur rencontre virtuelle, les chefs d’Etat et de gouvernement ont décidé entre autres de la suspension du Mali de tous les organes de décision de la Cedeao avec effet immédiat conformément au protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance et ce jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel, la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes, l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières entre les pays de la Cedeao et le Mali… Ils ont également invité les partenaires à faire de même en prenant des décisions pertinentes et fortes à la hauteur de la gravité de la situation.
Toutefois, craignant un isolement total du Mali, le président Patrice Talon a plaidé et obtenu de ses pairs un assouplissement des sanctions économiques. Enfin, par la voix du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, une invite à la prudence a été faite à l’endroit des compatriotes béninois vivant au Mali pour le respect des consignes de sécurité. Une autre rencontre est annoncée dans les tout prochains jours pour se pencher à nouveau sur l’évolution de la crise dans le pays de Ibk.

LIRE AUSSI:  État du dialogue social au Bénin: Le Cnds publie son 3e rapport annuel