Sommet Russie-Afrique: Un « événement historique, sans précédent »

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Sommet Russie-Afrique: Un « événement historique, sans précédent »


Alors que le premier sommet Russie-Afrique auquel prend part le président Patrice Talon s’ouvre demain à Sotchi, que retenir des relations entre le Bénin et la Russie ? Que revêt ce sommet que le président Vladimir Poutine qualifie « d’historique » ?

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale:Les députés modifient quatre articles du Code électoral

Signant le renouveau, la 6e édition des Consultations politiques a dynamisé le partenariat entre le Bénin et la Russie. Ses points d’ancrage ont, entre autres, porté sur l’octroi d’un domaine à l’ambassade de la Fédération de Russie, en vue de la construction de sa Chancellerie à Cotonou ainsi que de la résidence de l’ambassadeur…Mais il y a mieux encore ! Le fruit de cette coopération, c’est aussi la remise de la dette béninoise d’un montant d’environ cinq milliards de F Cfa que le Bénin avait pour obligation de traduire en financements de projets de développement. Mais également l’octroi au Bénin, respectivement au titre des années 2014, 2015 et 2016, d’une trentaine de bourses de stage et de recyclage entièrement à la charge de la partie russe, notamment au profit de la Police républicaine et des Forces armées béninoises. Outre la négociation visant une augmentation de quotas de bourses complètes au profit des étudiants béninois, la préoccupation relative aux questions d’équivalence entre la Licence béninoise et la Maîtrise russe avait été abordée à cette occasion…
Datant des années 60, les relations diplomatiques entre le Bénin et la Russie, après un moment de flottement, ont repris de plus belle en octobre 2014, la faveur de la reprise des Consultations politiques, dont la 5e édition a relancé la coopération bilatérale, notamment au plan économique. Ce regain d’intérêt s’est accentué suite à la tenue à Cotonou, le 4 juin 2018, de la sixième session des Consultations politiques entre la République du Bénin et la Fédération de Russie.
Alors que la Fédération de Russie entend intensifier ses relations avec l’Afrique, ses rapports avec le Bénin sont au beau fixe. Une embellie que les deux pays accentueront lors de la 7e édition de leurs consultations politiques à Moscou l’année prochaine. Une opportunité que saisiront les deux pays pour évaluer la mise en œuvre des accords signés depuis l’époque soviétique afin de mieux les adapter aux réalités géopolitiques actuelles, et procéder à la signature de différents accords de partenariat actuellement en cours de négociation. Mais avant, il y a le sommet de Sotchi du 23 au 24 octobre.

Encore des gains

Entre les deux pays, l’approfondissement des contacts avec des groupes d’investisseurs russes ayant l’intérêt à opérer au Bénin a déjà été exprimé. De même, des missions de travail des délégations des deux pays ont été effectuées. Les séjours en Russie du président du Conseil économique et social en 2015, à la tête d’une forte délégation du Conseil, du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération en 2017, et plus récemment du président de l’Assemblée nationale cette année même, témoignent de l’excellence de ces relations. Une bonne dynamique à laquelle participent les Chambres de commerce des deux pays qui ont du reste organisé un forum pour la promotion des investissements dans les domaines de l’énergie électrique, de la prospection minière, du pétrole et du gaz. Ajoutée à cela, en vue de la promotion des relations économiques entre les deux pays, la participation d’une délégation du Bénin conduite par Zul Kifl Salami au 11e sommet économique international Russie-Monde musulman tenu à Kazan du 24 au 26 avril dernier. S’inscrit également dans cette perspective, la participation du chef de l’Etat au premier sommet Russie-Afrique qui s’ouvre demain à Sotchi en Russie.

Sotchi

Le sommet de Sotchi est appelé à ouvrir un nouveau chapitre dans les relations entre la Fédération de Russie et les pays d’Afrique, jure l’hôte des Africains. Entretenant des relations avec le continent bien avant les indépendances auxquelles elle a contribué, la Russie a été également présente aux côtés des nouveaux Etats africains, et a participé à l’édification des soubassements de leur développement avec des hauts et des bas. Selon le président Vladimir
Poutine, qui a donné une interview à l’agence de presse russe Tass dans la perspective du sommet de Sotchi du 23 au 24 octobre prochain, « Aujourd’hui, le développement et le renforcement des relations mutuellement avantageuses avec les pays africains et leurs groupements d’intégration font partie des priorités de la politique extérieure russe… ». Pour le numéro 1 russe, il s’agit d’un « événement historique, sans précédent », car argumente-t-il, en plus de la Russie, « C’est le premier sommet à part entière qui rassemblera les leaders des pays africains et les dirigeants des groupements régionaux majeurs ». Ce sommet, précise Vladimir Poutine, se veut « le point de départ pour des relations de partenariat équitables, basées sur l’égalité en droit et l’intérêt pratique mutuel ».

LIRE AUSSI:  Relogement des usagers pour la construction des marchés urbains et régionaux: « Nous ferons en sorte que les difficultés soient minimisées », dixit José Tonato