Soupçons d’enlèvement d’individus à Houéyogbé : Six présumés auteurs appréhendés à Dahè

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Soupçons d’enlèvement d’individus à Houéyogbé : Six présumés auteurs appréhendés à Dahè


Une bande de six hommes suspectés de vouloir enlever des individus par les populations a été appréhendée dans la nuit de ce vendredi 5 avril à Dahè par la Police républicaine. Celle-ci est intervenue pour les sauver à temps de la furie des habitants.

LIRE AUSSI:  Akotolibé à Bantè : 70 mille cartouches interceptées (Le parquet spécial de la Criet ouvre une enquête)

Des étrangers roulant à bord d’une voiture, de marque Toyota Carina 3, se seraient introduits à Saclo, un village de l’arrondissement de Dahè dans la commune de Houéyogbé, menaçant une dame tenant un petit garçon par la main, aux dires de témoins. Ils n’auront pas le temps de conclure leur manœuvre avant que quelques habitants du village ne s’interposent pour demander à comprendre ce qu’ils voulaient à la pauvre femme. Les suspects détenaient sur eux quelques objets sacrés dont des talismans et une canne, qui n’en était pas une, puisqu’il s’agissait en fait d’un long couteau rangé dans un étui. Pour les populations, la présence des suspects s’apparente à une nouvelle tentative d’enlèvement d’individus. Le rapt est le nom de la nouvelle forme de délinquance en vogue à Houéyogbé. Des recherches sont toujours en cours au sujet des cas de quelques personnes déjà portées disparues. Mais certains témoins des évènements survenus à Dahè parlent d’acte de cybercriminels, pour d’autres les suspects sont des présumés braqueurs. De son côté, la Police républicaine poursuit les investigations pour élucider cette nébuleuse affaire et les motivations de cette bande d’individus à l’apparence louche. C’est donc une situation confuse qui agace le chef de l’arrondissement de Dahè, Joseph Kplacatcha. « Je suis fatigué de ces gens-là. Ils ont envahi Dahè », s’emporte-t-il avant de justifier que la semaine dernière, c’était une petite fille qui a été leur proie. Retrouvée pieds et mains liés à côté de l’école de la localité, la petite fille n’arrive plus à parler jusqu’à présent. Et ce, depuis environ deux semaines. Il y a eu aussi le cas d’un jeune homme auquel huit présumés cybercriminels s’en sont pris dans sa propre maison, indique-t-il. « Tout ceci, déduit Joseph Kplacatcha, motive la colère de la population qui voulait brûler les six suspects que les forces de l’ordre sont venus sauver ce vendredi. »

LIRE AUSSI:  Journée mondiale de lutte contre la lèpre: Du soutien renouvelé à la cause des malades