Soutenance de thèse en Sociologie du développement à l’UAC: Mention très honorable avec les félicitations du jury pour Pierre C. Mèliho

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Soutenance de thèse en Sociologie du développement à l’UAC: Mention très honorable avec les félicitations du jury pour Pierre C. Mèliho


La Faculté des Lettres, Arts et Sciences humaines de l’Université d’Abomey-Calavi a enregistré, jeudi 3 juillet dernier, un nouveau docteur en Sociologie du développement. C’était à l’issue d’une présentation faite par Pierre Codjo Mèliho sur le thème « Construction sociale du risque de maladies liées à l’eau en milieu ayizo de Sèdjè-Hwégudo à Zè (Sud Bénin) ». Au terme de la soutenance, le jury présidé par le professeur Michel Makoutodé de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS) lui a décerné la mention très honorable avec les félicitations du jury.

LIRE AUSSI:  Criet/Pour diffusion de fausses nouvelles et autres : 10 ans de prison pour l'ivoirien Kalifala Touré

Sujet pertinent et digne d’intérêt, démarche méthodologique appropriée. Telle est la substance des observations faites par le jury qui a jugé digne du grade de Docteur en Sociologie du développement de l’Université d’Abomey-Calavi, Pierre Codjo Mèliho, à la suite de sa présentation, jeudi 3 juillet dernier sur le thème « Construction sociale du risque de maladies liées à l’eau en milieu ayizo de Sèdjè-Hwégudo à Zè, (Sud Bénin) ». Ladite présentation s’est articulée autour d’un plan comprenant : la problématique, l’approche méthodologique puis les résultats et discussions.
Pour Pierre Codjo Mèliho, il s’agissait d’inventorier les sources d’eau et leurs usages en milieu ayizo, de décrire la notion du risque et les risques liés à l’eau en rapport avec les normes en contexte ayizo et d’analyser l’articulation entre les représentations sociales de l’eau, ses usages et les risques en santé publique. «Le sujet développé par l’impétrant est original, important, transversal et transdisciplinaire», a apprécié le professeur Michel Makoutodé.
Cette appréciation du président du jury a été partagé par le professeur Albert Jovite Nouhouayi. Pour lui, l’assistance était en face d’un thème empirique qui avait besoin d’être bien développé. Il pense que les parties sont bien équilibrées. C’est un travail fouillé qui comporte une foule de données qu’on peut utiliser pour une autre thématique, fait-il observer.
A quelques observations près de différence, Dr Adolphe Kpa-tchavi ne dit pas le contraire.
En ce qui le concerne, Dr Folly Kokou Hetchili a salué la collaboration Sud-Sud entre universités. L’intégration, selon lui, est en marche. L’impétrant a fait une très bonne présentation orale, avec, apprécie-t-il, un style clair et agréable avec la maîtrise de la méthodologie de présentation de thèse. En somme, un travail d’une excellente qualité, qualifie-t-il.
Le professeur Albert Tingbé-Azalou est presque de même avis. A l’en croire, le sujet développé par l’impétrant, est pertinent et d’un intérêt scientifique certain.
La même évaluation a été faite par le professeur Christophe Houssou qui a retenu que l’eau de pluie est une eau sale impropre à la consommation.
Le jury qui a examiné la thèse était composé, outre le professeur Michel Makoutodé de la FSS, du professeur Albert Jovite Nouhouayi de la FLASH, dans le rôle de rapporteur, du professeur Christophe Houssou de la FLASH en tant qu’examinateur et des maîtres de conférence Dr Hetchili Kokou Folly, de la FLESH de l’Université de Lomé, de Dr Tingbé Azalou Albert de la FLASH/UAC et de Dr Adolphe Kpatchavi, tous examinateurs.

LIRE AUSSI:  Justice: Des cybercriminels condamnés à Lokossa