Soutien des banques et fonds arabes à l’ambition du chef de l’Etat: 156 milliards FCFA accordés au Bénin pour la chaîne énergétique.

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Soutien des banques et fonds arabes à l’ambition du chef de l’Etat: 156 milliards FCFA accordés au Bénin pour la chaîne énergétique.


Pour l’essor du secteur énergétique, le président Patrice Talon peut compter sur le Groupe des fonds et banques arabes et sur l’efficace médiation de son intrépide chargé de mission Zul-Kifl Salami. Après avoir hautement financé la production énergétique, puis le système de transport et de distribution de l’énergie, les fonds et banques arabes soutiennent encore le Bénin dans l’approvisionnement en fuel. C’est à travers une cagnotte renouvelable de 16,4 milliards de francs Cfa au profit de la Société béninoise de l’énergie électrique.

LIRE AUSSI:  Gouvernance des Coopératives d’aménagement rural: Le ministre Gaston Dossouhoui met en garde

Le Bénin, dans sa marche vers l’autonomie énergétique, peut compter sur le Groupe de coordination des fonds et banques arabes qui appuient toute la chaîne énergétique. Pour rappel, dans la construction de la centrale dual fuel/gaz de 127 mégawatts à Maria-Gléta, la Banque islamique de développement à elle seule, a injecté 78,350 milliards de francs Cfa, soit plus de 70% du coût de cette infrastructure colossale. Après le système productif ainsi couvert, le cap est mis sur le système de transport et de distribution de l’énergie vers les populations et les structures productives de l’économie.

A cet effet, deux fonds et banque arabes, notamment la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea) et le Fonds saoudien de développement (Fsd), ont pris la résolution de soutenir cette composante majeure de la chaîne énergétique avec un cofinancement concessionnel de 62 milliards à raison de 50% pour chacune de ces grandes institutions. Lesdits financements sont déjà approuvés par les conseils d’administration de ces deux institutions financières. Une fois les infrastructures de production, de transport, de transformation et de distribution mises en place, il faut bien penser à comment approvisionner la chaîne en matière première ! Là encore, le Groupe des fonds et banques arabes intervient avec un appui conséquent qui vient sécuriser et pérenniser l’exploitation de la centrale de Maria-Gléta 2. Sous l’impulsion et la haute direction du président Patrice Talon, et la facilitation sans relâche de son chargé de mission Zul-Kifl Salami, le Bénin vient en effet d’obtenir un montant de 16,4 milliards de francs Cfa de la Société islamique pour le financement du commerce (Itfc). Cet accompagnement financier à vocation répétitive, va servir à l’achat de fuel aux fins de permettre à la Centrale de Maria-Gléta 2 de fournir de l’énergie électrique en quantité suffisante.

LIRE AUSSI:  Autorisation de ratification d'accords au Parlement: Plus de 50 milliards F Cfa au profit des secteurs eau et assainissement

Une manne financière, une véritable aubaine !

L’opportunité de cette nouvelle cagnotte de la Société islamique pour le financement du commerce (Itfc) n’est plus à démonter. Cet apport de taille va garantir le fonctionnement continu des infrastructures énergétiques et assurer une fourniture suffisante en énergie électrique. Grâce à ce financement, la Société béninoise de l’énergie électrique pourra répondre promptement aux besoins des consommateurs notamment les ménages, les structures de production de l’économie, l’administration… « Il s’agit-là, d’une grande victoire pour le Bénin et d’un facteur-clé de consolidation de nos ambitions d’autosuffisance énergétique. En effet, cet appui, loin d’être un financement comme tout autre, est revolving c’est-à-dire répétitif. Ainsi sur la base des performances de la mise en œuvre de ce premier crédit par la Sbee, l’Itfc mettra à la disposition de notre société d’Etat des ressources de même nature, à des termes et conditions améliorés. D’abord par le volume du crédit qui pourrait aller au-delà des 16,4 milliards, ensuite par la maturité, la marge bénéficiaire accordée, la période de grâce… », a expliqué Zul-Kifl Salami, acteur de proue dans la mobilisation des fonds arabes.

LIRE AUSSI:  Programme «Empathetic eyes»/expositions photographique : Des violences et faits sociaux vus à travers les objectifs des adolescents

C’est dire que la Sbee, après avoir épuisé ce financement, peut encore demander et obtenir un autre financement C’est une véritable manne financière pour garantir le fonctionnement de la centrale de Maria-Gléta 2.  Et, cerise sur le gâteau, au-delà et par-delà la centrale de Maria-Gléta 2, les futures centrales Dual du Programme d’action du gouvernement pourraient aussi bénéficier de cette manne. A cette allure, il est clair que le Bénin peut effectivement compter sur le Groupe des fonds et banques arabes dans son ambition de devenir un hub énergétique dans la sous-région par le biais de l’intégration des réseaux nationaux. Car le Groupe des fonds et banques arabes accorde au chef de l’Etat un appui constant et de taille, dans son ambition d’autonomisation énergétique. Or l’énergie est un facteur clé de croissance économique et de développement inclusif. Son Excellence Patrice Talon l’a bien compris ! Il n’est pas besoin de rappeler que le secteur énergétique est l’un des secteurs prioritaires inscrits au Programme d’action du gouvernement.

 

Synergie d’actions au service du développement

LIRE AUSSI:  Arrondissement de Dékanmè: Les populations appellent au désenclavement de leur localité

Le soutien continu du Groupe des fonds et banques arabes au gouvernement béninois est le fruit non seulement du leadership éclairé du chef de l’Etat Patrice Talon mais aussi de la longue expérience et de l’efficace sens de négociation de Zul-Kifl Salami. « En matière de mobilisation des ressources et de vision de développement, le chef de l’Etat joue sur deux fronts notamment le front de l’accélération d’une part et le front de l’innovation et de l’impulsion d’autre part. C’est lui qui identifie les projets structurants, déterre les opportunités autrefois négligées, puis mobilise les compétences adéquates.

Ensuite, c’est lui qui donne l’orientation et la motivation nécessaires pour que les ressources humaines accompagnent », fait savoir Zul-Kifl Salami. Historiquement, Dr Zul-Kifl Salami a engagé le tout premier financement de l’Itfc, alors département du commerce de la Bid, au profit de la Société nationale de consommation des produits pétroliers (Sonacop) pour l’approvisionnement de cette société en produits pétroliers. Un financement qui, en son temps, a été répété cinq fois de suite. « Au-delà d’une simple opération sectorielle, il s’agissait alors d’un véritable soutien à la balance des paiements, à une époque où les trésoreries des Etats africains non pétroliers étaient mises à mal par l’explosion des cours mondiaux de l’or noir », rappelle le chargé de mission du chef de l’Etat.