Supposée crise à la Febams: La part de vérité de la Famad

Par Alexis Meton,

  Rubriques: Culture |   Commentaires: Aucun

FAMAD

La Fédération des artistes musiciens de l’Atacora et de la Donga (Famad) ne partage pas les avis de certains acteurs culturels à l’égard de la direction générale du Fonds des arts et de la culture. Dans une déclaration rendue publique, ce mardi 13 juillet, ce regroupement d’artistes du nord Bénin dénonce ces actes qui discréditent le secteur artistique.

LIRE AUSSI:  Célébration des 20 ans de Magic System: Deux concerts offerts au public de Cotonou avec le soutien de Canal+

La Fédération des artistes musiciens de l’Atacora et de la Donga (Famad) donne de la voix et se désolidarise des agissements contre la direction générale du Fonds des arts et de la culture. Intervenant suite à la supposée crise au sein de la Fédération béninoise des artistes musiciens du septentrion (Febams) dénoncée par certains artistes, la Famad indique que les acteurs culturels du nord ne sont pas en crise. Les membres de la Famad sont plus que jamais solidaires et unis pour le développement de leur secteur. Ces derniers soulignent qu’ils ne se reconnaissent pas dans la supposée crise évoquée par certains acteurs de la région septentrionale du Bénin. « Nous n’en savons rien et ne sommes pas concernés. Rien en tout cas qui atteigne ce niveau de malaise décrié », explique Bernadette Jolianne Betty Souhingah, présidente de la Famad.
Pour rappel, la Fédération béninoise des artistes musiciens du septentrion (Febams) enregistre actuellement des démissions, signe de ce que les membres ne partagent pas la gestion qui y est faite depuis sa création, malgré les nombreuses dénonciations. Une situation qui impacte négativement le développement des acteurs en l’occurrence ceux réunis au sein de la Fédération des artistes musiciens de l’Atacora-Donga qui s’estiment marginalisés et laissés pour compte depuis des années.
Toutes choses qui justifient l’engagement des responsables de plusieurs associations de l’Atacora-Donga qui ont choisi d’être désormais indépendants en créant leur faîtière dans les deux départements.
« Par ailleurs, nous sommes indignés de savoir que ces démissions n’amènent pas les responsables de la Febams à faire une introspection. Quel serait l’intérêt d’une tierce personne à faire tomber un creuset d’acteurs culturels ? Pour nous, aucun. Donc nous venons à travers cette note, nous indigner contre les sous-entendus relatifs à la présence de mains invisibles dans la crise que traverse la Febams. La Famad se désole d’ailleurs que le nom de la direction générale du Fac soit mêlé à toute cette histoire alors qu’elle œuvre inlassablement pour l’épanouissement des acteurs culturels du Bénin », a déclaré Bernadette Jolianne Betty Souhingah, présidente de la Famad. « Pour conclure, sachez que la naissance de notre creuset est le résultat de nombreuses années de travail de longue haleine. Que les détracteurs arrêtent de distraire les Béninois sous prétexte que la culture va mal. En fait, le secteur culturel ne se limite pas qu’à une seule fédération», a-t-elle souligné.

LIRE AUSSI:  Festival international des danses et percussions du Bénin : Les innovations majeures de la cinquième édition

Par Alexis METON A/R Atacora-Donga