Suspension par la Fifa: Homéky soucieux de voir le Bénin sortir de cette situation

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Suspension par la Fifa: Homéky soucieux de voir le Bénin sortir de cette situation


Née depuis le 27 mars 2015, date du retrait de l’agrément au Comité exécutif de la Fbf par le gouvernement, la crise du football béninois a connu, mardi 10 mai dernier, une autre escalade avec la suspension du Bénin par la Fifa. Venu assister à la rencontre qui a mis aux prises les jeunes joueurs béninois rentrés du centre de formation de Botafogo du Brésil à la sélection nationale juniors, vendredi 13 mai dernier au stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou, le ministre en charge des Sports, Oswald Homéky, a fini par se prononcer, suite à la décision de l’instance faîtière du football dans le monde.

LIRE AUSSI:  Présidentielle 2021 au Bénin: Pleins feux sur les trois duos candidats

Partie à Mexico où elle a participé aussi bien à la 38e Assemblée générale ordinaire de la Caf et au 66e Congrès de la Fifa, la délégation du Comité de normalisation du football béninois (Conor) conduite par son président Me Rafiou Paraïso, est rentrée au bercail depuis dimanche 15 mai dernier. En attendant les explications de ses membres, les différents acteurs continuent toujours de donner de la voix par rapport à la décision de suspension prise par la Fifa. Après Ildevert Gnikpo et son groupe qui l’ont trouvée salutaire, jeudi 12 mai dernier, c’était autour des membres du groupe de réflexion « Sauvons Le Football béninois » de réagir en analysant la situation à sa manière. Estimant que le Conor n’a pas réussi à trouver la formule pour réunifier la famille du football, les membres de ce groupe exhorte le gouvernement à engager des discussions au plus haut niveau avec la FIFA. Il l’invite à saisir l’opportunité de cette suspension de la Fbf pour expliquer à l’instance faîtière que le Bénin souhaite organiser un forum de réunification de la famille de son football puis réfléchir sur la gestion du football béninois, avant la tenue de l’Assemblée élective.

Des propositions tous azimuts

Par ailleurs, le groupe de journalistes appelle aussi à la mise en place par le gouvernement d’un Comité exécutif transitoire en remplacement du Conor. Sa composition et son mandat relèveraient, selon ces journalistes, de la compétence du Forum dont les décisions seront souveraines. Toutefois, ils proposent que les membres dudit comité soient constitués exclusivement des représentants proposés par les 3 camps qui, à les en croire, sont en conflit à la Fbf et que son président soit une personnalité nommée par le gouvernement.
Pendant que les propositions, dans le cadre de l’attitude à adopter pour gérer cette mesure de suspension, ne cessent d’affluer, c’est le juge du Tribunal de première instance de Porto-Novo qui, vendredi 13 mai dernier, a renvoyé les deux parties, les plaignants et le Conor à cette semaine. Un report de plus qui aggrave davantage l’incertitude par rapport à la levée de la mesure de la Fifa.
Venu encourager les jeunes joueurs béninois rentrés du Centre de formation de Botafogo au Brésil et la sélection nationale juniors qui étaient aux prises à l’occasion d’un match amical, vendredi 13 mai dernier au stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou, le ministre des Sports, Oswald Homéky s’est montré très embarrassé par rapport à la décision de la Fifa. Selon lui, le gouvernement a une position républicaine qui n’a pour seule priorité que la réconciliation des acteurs pour le bonheur de la jeunesse béninoise et des passionnés du football en particulier. «C’est bien dommage qu’une association nationale qui est totalement indépendante de l’Etat commette des fautes et que l’application de la sanction se répercute sur tout le pays. Mais nous n’allons pas réinventer le monde. C’est ainsi que fonctionnent les associations nationales et la Fifa qui est l’instance faîtière. Nous prenons acte de ce que nous avons entendu et qui nous a été notifié par écrit. Nous disons que nous prendrons les dispositions avec les acteurs, avec les protagonistes pour pouvoir, dans les meilleurs délais sortir de cette situation », a-t-il laissé entendre.
Depuis les premières heures de sa prise de service, le ministre Oswald Homéky n’a cessé d’échanger avec tous les protagonistes du dossier relatif à la crise du football béninois. « J’ai échangé également avec tous ceux qui les entourent à savoir les journalistes, les supporters, les associations sportives. Le constat que j’ai fait, c’est que tous autant qu’ils sont, ont été par le passé, des passionnés du football », a-t-il expliqué. « A une certaine époque de l’histoire du football de notre pays, ils ont été des partenaires. Je veux bien croire que la capacité de chacun d’eux à aller au-delà de ses intérêts personnels, au-delà de ses émotions et de son égo pour sauver la nation va l’emporter et que bientôt, la raison gagnera le cœur des uns et des autres afin que nous puissions reprendre la situation en mains, tous ensemble », s’est-il voulu rassurant.

LIRE AUSSI:  Débat budgétaire en commission au Parlement: 1,8 milliard F Cfa pour la Haac en 2019

Déjà des inquiétudes

Faut-il rappeler que dans sa correspondance du mardi 10 mai dernier, la Fifa indiquait que « la suspension ne sera levée que lorsque les élections des nouveaux dirigeants de la Fbf auront eu lieu et il est entendu qu’il s’agit d’un report du Congrès prévu initialement le 4 avril 2016 et le 4 mai 2016 ». Un peu plus haut dans la même correspondance et comme pour clarifier sa décision, elle a précisé qu’«aucune équipe béninoise, y compris les clubs, ne pourra entretenir de relations sur le plan sportif avec les autres associations membres de la Fifa ».
Ainsi, avec les prochaines échéances qui s’annoncent sur le plan africain, le Bénin et son gouvernement sont appellés à prendre leurs responsabilités. Déjà le dimanche 22 mai prochain, les Ecureuils juniors engagés dans les éliminatoires de la CAN-20 sont attendus au Caire, en Egypte. Ce serait, en principe, pour affronter leurs homologues de la Libye dans le cadre du 2e tour des éliminatoires de cette compétition. La délégation béninoise doit rallier la capitale égyptienne au plus grand tard, vendredi 20 mai prochain. Un rendez-vous auquel le Bénin risque de ne pas être présent, au regard de la situation qui prévaut.
Toutefois, le ministre Oswald Homéky a demandé aux juniors et à leurs encadreurs de poursuivre leur préparation comme si de rien n’était, afin de ne pas être surpris au cas où la situation se normaliserait. Il y a donc de quoi s’inquiéter, surtout que le dimanche 5 juin prochain, à l’occasion de la 5e journée des éliminatoires de la CAN Gabon 2017, les Ecureuils qui sont à deux doigts de décrocher leur billet pour la phase finale, accueillent le N’Zalang Nacional de la Guinée Equatoriale. Seront-ils à Niamey le 29 mai prochain pour affronter le Mena du Niger, à l’occasion de la journée Fifa ? Ils seront en regroupement à partir de 25 mai, avant de rallier la capitale nigérienne, le 28 mai. ?