Table ronde sur les trente ans de la Cde : Educo Bénin en quête de mécanismes innovants

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Table ronde sur les trente ans de la Cde : Educo Bénin en quête de mécanismes innovants


La Convention relative aux droits de l’enfant (Cde) a trente ans. Pour les acteurs et organisations engagés dans la lutte pour la cause des enfants, l’heure est au bilan. Educo Bénin n’entend pas être du reste. Jeudi 28 novembre dernier, à Cotonou, cette organisation a convoqué divers acteurs pour une table ronde sur les trente ans de la Cde.

LIRE AUSSI:  Manœuvre ‘’Barracuda’’ : Les Forces navales sécurisent les eaux territoriales

Educo Bénin, une Organisation non gouvernementale de coopération pour le développement et l’action humanitaire agissant en faveur des enfants pour la défense de leurs droits, notamment le droit à une éducation de qualité dans un environnement protecteur, a organisé une table ronde, jeudi 28 novembre dernier, à Cotonou. C’est dans le carde des 30 ans de la Convention relative aux droits de l’enfant (Cde). Des acteurs et experts de la protection des droits des enfants ont été conviés à ce rendez-vous dont la finalité est de retenir des mécanismes innovants pour une meilleure protection de l’enfant. « Nous rêvons d’un Bénin où tous les enfants jouissent pleinement de leurs droits et vivent en toute dignité », souligne à ce propos, Souleymane Ouédraogo, directeur national de Educo Bénin. Pour concrétiser son rêve, l’organisation met en oeuvre quatre programmes découlant de son plan stratégique 2019-2024 pour un budget de plus de six milliards de francs Cfa.
Il s’agit du Programme de protection des enfants et jeunes en mobilité dans le département de l’Ouémé, du Littoral et de l’Atlantique, du Programme de renforcement des systèmes nationaux de protection et d’éducation de l’enfant, du Programme d’accès à une éducation adaptée et accessible aux enfants vulnérables dans le département de l’Alibori et enfin, du Programme d’amélioration de la qualité de l’éducation dans un environnement protecteur dans le département du Borgou. En dehors de ces programmes, Educo Bénin finalise avec l’Union européenne, le projet de renforcement du droit à l’état civil des enfants des départements du Borgou et de l’Alibori, appuie Souleymane Ouédraogo.
Educo Bénin estime que la Cde est un instrument puissant pour la réalisation des droits des enfants et un outil sur lequel la société se base pour d’une part contribuer à l’amélioration de la situation de l’enfant et d’autre part, rappeler les engagements que l’Etat a pris pour leur bien-être et épanouissement. «Certes, en trente ans, plusieurs acquis ont été obtenus, cependant la situation de l’enfant n’est toujours pas reluisante », déplore Educo Bénin. L’organisation soutient que des enfants continuent de vivre des abus et des violations de leurs droits. « Plusieurs enfants sont toujours hors de l’école, certains sont économiquement exploités et d’autres, notamment les filles sont victimes d’unions précoces ou forcées », expose Souleymane Ouédraogo.

LIRE AUSSI:  Manœuvre ‘’Barracuda’’ : Les Forces navales sécurisent les eaux territoriales

Encore du grain à moudre

Autant de défis qui ne peuvent laisser indifférentes les Organisations de la Société civile, insiste-t-il. D’où l’initiative de cette table ronde à l’issue de laquelle Educo Bénin compte donner corps aux rêves des enfants du Bénin, notamment celui de l’enfant-maire de Bohicon, Luc, qui lui, souhaite un Bénin où les droits des enfants sont connus de tous et où les auteurs des violations des droits de l’enfant sont punis et où les enfants ont droit à une éducation de qualité. Le jeune enfant souhaite aussi que les enfants pauvres reçoivent un soutien de l’Etat pour leur scolarisation, mangent à leur faim, se portent bien… Pour y arriver, Educo Bénin soutient aussi l’initiative Small voices big dreams visant à recueillir l’avis des enfants sur les violations faites à leur endroit.
Au nombre des partenaires participant à la table ronde, la police républicaine représentée par Pascal Odeloui. Pour lui, le Bénin joue pleinement sa partition en cette matière et s’efforce d’élaborer des politiques et programmes conséquents. Pour preuve, illustre-t-il, le pays a ratifié en août 1990 la Cde et l’a intégrée dans son arsenal juridique par l’adoption de plusieurs textes dont la loi 2015-08 du 8 décembre 2015 portant Code de l’enfant. « Au plan institutionnel, l’Etat béninois s’est doté de plusieurs services et structures publics dont un service spécialisé de la police républicaine créé en 1983 », poursuit-il. Il s’agit de l’actuel Office central de protection des mineurs, de la famille et de la répression de la traite des êtres humains qui s’occupe des questions liées à toutes formes de violation des droits et de violences faites aux enfants et qui assure une protection aux enfants victimes à travers son centre d’accueil, indique-t-il. Cependant, reconnait Pascal Odeloui, « la situation de vulnérabilité de l’enfant au Bénin demeure encore préoccupante». La traite, l’exploitation économique, les agressions et abus sexuels, la violation des droits élémentaires de l’enfant, le mariage forcé ou précoce continuent d’empêcher ces âmes innocentes de profiter pleinement de leur enfance, retient-il.