Tanzanie : Cette consigne aux hommes n’est pas vérifiée

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Tanzanie : Cette consigne aux hommes n’est pas vérifiée


Une déclaration attribuée à la présidente tanzanienne est partagée des milliers de fois depuis le 28 octobre 2021. Suluhu Samia aurait demandé aux hommes de dénoncer les femmes qui mendient de l’argent. A Cotonou, les internautes en ont fait leurs choux gras. Cependant, cette consigne n’est pas prouvée, après vérifications.

LIRE AUSSI:  Olivier Colas, directeur du Développement Blue Solutions du Groupe Bolloré: « Il y a une capacité à offrir des solutions à l’électrification rurale »

« Hommes, si des femmes qui ne sont pas vos épouses vous demandent de leur donner de l’argent, dénoncez-les au poste de police le plus proche. #Samia_Suluhu, Présidente de la Tanzanie ». C’est une consigne qui sort de l’ordinaire. Et ça n’a pas tardé à susciter des réactions sur les réseaux sociaux. Au Bénin, elle a été relayée depuis le 29 octobre dans de nombreux groupes sur Facebook. Certains influenceurs et médias, dont Daabaaru Tv  l’ont également publiée sur leurs comptes. « Toutes les filles de Hêvié seraient placées en garde à vue ! », commente Vianney Wilfrid Azakpame Tchahounka sur la page de Yves Dakoudi. « Je ne suis pas du tout d’accord. Il y en a qui sont sincères et sont sérieusement dans le besoin. Si je n’ai pas, je m’excuse. Aucun risque, aucun problème n’est là », fustige Marin Dahoovi Glèlè. James Agbeya s’en moque : « Hahahaha en tout cas, ici au bénin les veuves sont entretenues par les hommes mariés. Vous comprenez déjà ce que je veux dire non. ».

LIRE AUSSI:  Olivier Colas, directeur du Développement Blue Solutions du Groupe Bolloré: « Il y a une capacité à offrir des solutions à l’électrification rurale »

Consigne pas vérifiée

Des recherches avancées effectuées avec des mots clés en anglais et en Swahili, langues officielles de la Tanzanie, révèlent l’ampleur des publications. En swahili, des médias ont même repris les propos attribués à la présidente.  Radio Jambo, un média kényan, l’a publié le vendredi 29 octobre 2021 mais sans donner de preuve, pas de son ni de vidéo. Selon le média, la déclaration a été faite la veille, le jeudi, par Samia Suluhu. Bahari Fm émettant aussi depuis le Kenya en a fait un sujet de discussion sur sa page le 29 octobre 2021. En anglais, la déclaration est encore plus virale. Sur la page Facebook de Smart Eagles, par exemple, il y a eu 5200 réactions, 349 partages et 893 commentaires. Mais Africa Archives a été l’un des premiers à tweeter les propos le 28 octobre 2021 et comptabilise 1 351 Retweets, 606 Tweets cités et 3 591 J’aime.

En réponse au tweet de Africa Archives, plusieurs internautes ont contesté la déclaration. « Ma présidente Samia Suluhu n’a jamais dit une telle chose. Cela fait un certain temps que je vois cette citation circuler en ligne, mais je pense que c’est une campagne conçue pour entacher sa réputation. Il n’y a aucune source valide et crédible de cette citation, ni discours audio complet ni vidéo », fustige en anglais Fetty Brown, Tanzanienne, activiste des droits de l’homme. « Fake news mais bon. Ecrivez ce que vous voulez », condamne aussi un autre internaute. Des recherches avancées effectuées sur les plateformes officielles n’ont donné aucune preuve de cette déclaration attribuée à la présidente tanzanienne. Contactée par La Nation, Salome Kitomari, journaliste tanzanien, membre de l’Institut des médias d’Afrique australe souligne que ce n’est pas vérifié. « Ce n’est pas vrai », a-t-il martelé. « Il n’y a aucune source valide ou crédible de cette citation, ni discours audio complet ni vidéo », précise K24TV.  Conclusion : Cette déclaration n’est pas vérifiée.

LIRE AUSSI:  Partenariat Ppaao/Centre Songhaï : 100 jeunes déscolarisés aguerris en entrepreneuriat agricole