Tournée de réddition de comptes du chef de l’Etat:Ségbana porte les plaies de la mauvaise gouvernance

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Tournée de réddition de comptes du chef de l’Etat:Ségbana porte les plaies de la mauvaise gouvernance


L’action publique dans la commune de Ségbana, ces dernières années, s’est traduite par une série de réalisations que le maire Bio Tian Orou Zimé s’est fait le devoir de rappeler au chef de l’Etat, vendredi 8 janvier, à l’occasion de la visite de ce dernier dans le cadre de sa tournée nationale de reddition de comptes.

LIRE AUSSI:  Bénin-Maroc: L’aube nouvelle d’une coopération gagnant-gagnant

La mauvaise gouvernance qui a eu droit de cité au Bénin avant 2016 a eu des impacts négatifs sur la commune de Ségbana. Grande productrice de divers produits agricoles, Ségbana traine des insatisfactions qui trouvent petitement leur répondant avec le régime du président Patrice Talon. Pourtant, il lui manque tant et si tant de choses.
Rallier la localité est « un long voyage » et le maire Bio Tian Orou Zimé en convient. A cela s’ajoutent des besoins en infrastructures comme la réalisation du pont de Morou sur la Sota. Pour ce qui est du bitumage de la voie Ségbana-Kalalé-Nikki, il est demeuré depuis des décennies une litanie que les populations ne cessent de réciter avec pour seule satisfaction, des promesses électoralistes et politiques qui ont laissé depuis des lustres, la voie dans son état piteux. En l’empruntant ces derniers mois, malgré son état, les populations espèrent que sa réalisation n’est plus qu’une question de temps.

Profitant de la visite du chef de l’Etat dans la commune, le maire a rappelé les doléances de ses administrés. Il cite entre autres une arène culturelle, un centre de loisirs au profit de la jeunesse, la construction des espaces marchands transfrontaliers à Wara, l’électrification des trois chefs-lieux d’arrondissement et des grosses agglomérations, l’aménagement des pistes, le revêtement de la voie Kandi-Ségbana-Samia, les adductions d’eau potable multi villageoises, l’extension des réseaux de la Soneb et de la Sbee, la couverture téléphonique intégrale de la commune par le Gsm… Dans le domaine de la santé, une ambulance pour assurer les évacuations ainsi que du personnel qualifié pour appuyer le seul médecin de la commune et les deux sages-femmes et 14 infirmiers sont souhaités. En raison de sa position par rapport au Nigeria, Ségbana veut disposer de commissariats dans tous ses arrondissements et rêve de laboratoires et bibliothèques dans ses collèges d’enseignement.
A côté de ces besoins insatisfaits, la commune est fière de la mise en œuvre du Pag. Cela lui a notamment permis de bénéficier de cantines scolaires, d’appuis techniques, financiers et matériels au profit des éleveurs et producteurs. Aussi, la réalisation et l’équipement du centre multimédia de la commune, l’aménagement sommaire des espaces cultivables et la maitrise d’eau de 25 hectares au profit de riziculteurs constituent autant d’efforts qui rassurent Ségbana de la disponibilité du gouvernement à lui assurer un développement.

LIRE AUSSI:  Parlements: La Covid-19 a accéléré leur modernisation

Le Bénin fait mieux face à ses défis

Ségbana bénéficiera bientôt de son programme de développement. Au-delà de cette commune, c’est tout le Bénin qui fait mieux face à ses défis et besoins dans le domaine routier, de l’eau, des aménagements hydroagricoles, des services, de la sécurité… Le rythme, la quantité, la qualité avec lesquels ces choses se font rassurent et amènent à croire à un lendemain meilleur, enseigne le président Patrice Talon. Le Bénin n’achète plus la totalité de ses besoins énergétiques.

Il produit la moitié sur son territoire et les dispositions sont prises pour qu’une nouvelle usine voit le jour dans 18 mois pour permettre au pays d’être totalement indépendant, a aussi annoncé le chef de l’Etat.
« Je suis venu vous rencontrer ici à Ségbana pour m’entretenir avec vous aussi à l’instar de mes compatriotes de 63 autres communes déjà visitées parce que depuis cinq ans que vous m’avez confié la gestion de notre action commune pour la paix et le développement, je n’ai pas eu l’occasion de venir vous voir. Pourtant, je vous ai promis pendant la campagne électorale de passer régulièrement vous voir pour recueillir vos commentaires et recommandations », a apaisé le président Patrice Talon. Ce temps, il dit l’avoir consacré avec son gouvernement à travailler à l’avènement d’un autre Bénin.
« Il y a cinq, dix ans, on faisait les doléances sans espoir de les voir se réaliser et on les présentait comme une prière à Dieu… » a illustré le chef de l’Etat. Pour le président Patrice Talon, ces besoins qu’on exprime peuvent être réalisés et c’est le sens à donner à l’action de son gouvernement. Selon lui, « une nouvelle dynamique est en cours »
et « nous avons commencé à mieux construire notre pays et c’est le bilan de notre action commune ». Si cela est possible, c’est parce que le contribuable béninois s’acquitte mieux de ses obligations et l’Etat, à son tour, veille à ce qu’aucun citoyen ne distraie les fonds publics.

LIRE AUSSI:  Etat de la commune de Kétou:Le diagnostic sans appel du maire Lucie Sessinou

Les impôts prélevés chez le contribuable sont gérés avec respect, reconnait-il. Au-delà de la satisfaction des doléances des populations de Ségbana, le président de la République a salué l’effort des producteurs qui ont hissé la production du cajou à un niveau appréciable. Mais on n’en restera pas là. Le cajou est appelé sous peu à devenir une richesse nationale. Ségbana dont les terres sont propices à cette culture se positionne ainsi pour devenir un grand centre d’activités économiques et cela s’en ressentira sur son développement.