Tournée du chef de l’Etat dans les communes:Sô-Ava, de la désespérance à la renaissance

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Tournée du chef de l’Etat dans les communes:Sô-Ava, de la désespérance à la renaissance


Le président Patrice Talon a entamé la dernière partie de sa tournée de reddition de comptes par la commune de Sô-Ava. Moment de grande joie pour les populations de cette cité lacustre, cette séance d’échanges avec le chef de l’Etat a permis de faire le point de la « renaissance du Bénin ».

LIRE AUSSI:  Investiture de Patrice Talon pour un second mandat: L’opposition béninoise présente

Dernière commune du département de l’Atlantique, première cité lacustre à recevoir le chef de l’Etat en tournée de reddition de comptes dans les communes, Sô-Ava n’a pas lésiné sur les moyens pour réserver un accueil à la hauteur de l’hôte qui l’honore. Les Avanou et Ganvienou ont sorti le grand jeu. Chants, danses, animations culturelles sur l’eau, dans les barques et pirogues…

Tout était au rendez-vous pour égayer le président Patrice Talon qui n’a d’ailleurs pas caché son émotion.
La joie des populations, le maire Jean Mejor Zannou Avihoue l’expliquera par la transformation que connait la commune. Jadis «orpheline», elle fait l’objet d’attention depuis cinq ans, estime l’élu. Grande destination touristique de sept arrondissements et 69 villages, cette terre à spécificité lacustre a retrouvé sa fierté et sa dignité grâce aux réformes audacieuses menées par le président de la République, soutient fièrement le maire. Le projet «Réinventer Ganvié» qui assurera la transfiguration de la commune en est une illustration. « Depuis 1960, nous n’avons jamais mérité une si grande attention de la part des gouvernants successifs», avance Jean Mejor Zannou Avihoue qui reconnait le chef de l’Etat comme « un homme des grands défis ».

Les impacts du Pag

Grâce à ce projet, plus de trois milliards F Cfa ont été investis dans la localité et ont permis, entre autres, le balisage des chenaux reliant Calavi-Ganvié-Sô-Ava avec des bouées, la réalisation de dix habitats témoins en bois plus résistant appelé le Tali, la réalisation d’un Plan de sauvegarde et de mise en valeur, les études d’impact environnemental et social quasiment achevées. Il est prévu pour cette année, la construction de la route digue Akassato-Sô-Ava, d’une plateforme logistique, d’un collège moderne à Ganvié, les services essentiels tels que l’eau et l’électricité, la réhabilitation des équipements communautaires (dont la maison des jeunes, le centre de l’artisanat) et la requalification de la maison de la francophonie.

LIRE AUSSI:  Diplomatie: Election du Bénin au Conseil exécutif de l’Unesco

Face à cette détermination sans faille du gouvernement, le conseil communal prend l’engagement de jouer sa partition. Très heureux de la mise en œuvre du projet d’assainissement et de réhabilitation du lac Nokoué en cours, le conseil s’engage pour la réorganisation des « Akadja» sur ledit lac en raison de sa spécificité et par ricochet pour la lutte contre l’utilisation des engins prohibés, a rassuré le maire.

Les impacts de la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement (Pag) dans beaucoup de secteurs comme les routes, la numérisation des actes d’état civil et la dématérialisation des services publics, le tourisme, l’assainissement des finances publiques et le dynamisme caractérisant actuellement le fonctionnement de l’administration publique sont aussi perceptibles dans la commune. A cela, le maire ajoute la mise en place du microcrédit Alafia qu’il expose comme « une action sociale éminemment salutaire et un dispositif de soulagement des populations en général et des femmes en particulier », la mise en œuvre du Projet emploi des jeunes et le projet Arch ayant pris Sô-Ava en compte depuis la phase pilote sans occulter bien d’autres actions sociales.
Malgré cette attention et ses atouts dans les domaines touristique, agricole et halieutique, Sô-Ava ploie sous de nombreuses difficultés. Ses doléances portent, entre autres, sur le démarrage de la construction de la route
Akassato-Sô-Ava longue de quatre kilomètres, l’électrification de la commune, car seulement quatre villages sur les 69 sont électrifiés. « Nous serons aussi heureux de bénéficier des lampadaires solaires intelligents dans nos villages pour l’éclairage des lieux publics », a plaidé le maire. Il n’occulte pas la générosité de la Fondation Claudine Talon qui ne s’est point fait prier pour doter la commune de quatre barques motorisées ainsi que la réalisation de luxueuses infrastructures à l’Ecole primaire publique d’Adissin, la rendant belle et attrayante.

LIRE AUSSI:  Réaction de Jacques Yempabou : «La Cour constitutionnelle ne m’a jamais écouté»

Espoir et lumière

Au total, « pendant 56 ans, la population a vécu dans la désespérance », mais « elle note, à travers votre travail méthodique et organisé, l’espoir et la lumière tant attendus ». Elle est donc «plus que jamais résolue à entretenir cette lumière », soutient son maire. En foulant le sol de Sô-
Ava, le président Patrice Talon dit revivre une partie de son enfance. Terre de souvenirs pour l’enfant d’hier mais d’ambitions pour le président de la République d’aujourd’hui. Les investissements faits dans le cadre du projet « Réinventer la cité lacustre de Ganvié » retiennent particulièrement l’attention du chef de l’Etat et il s’est appliqué à expliquer à l’occasion, ce que vise le gouvernement en décidant d’investir autant à Sô-Ava.
Comme il l’a fait dans les autres communes, il a indiqué que « la certitude doit être des nôtres». Désormais, « nous sommes capables de satisfaire nos besoins en quantité et en qualité de sorte que ce qui nous manque depuis tant d’années sera disponible », indique le président. Le bilan global de l’action du gouvernement dans les différents domaines ne sera pas occulté.

LIRE AUSSI:  Mairie de Kétou: Le come-back de Lucie Sessinou

Et même si aujourd’hui « l’argent ne circule plus », il faut en être fier, soutient-il, car « l’argent qui ne circule plus travaille ». « Nous pouvons en un rien de temps entreprendre de satisfaire tous ces besoins, rapidement et massivement pour que la majorité de nos compatriotes aient satisfaction… on n’a pas besoin de pétrole pour réaliser de grandes choses dans le pays. Nous avons pris ce pari il y a cinq ans », explique le chef de l’Etat. En somme, la commune n’a rien à craindre. Ses attentes seront toutes comblées. La voie menant d’Assassato à l’embarcadère démarre sous peu. La localité ne manquera plus de lieux d’aisance. Son assainissement est planifié par le gouvernement. L’eau et l’électricité couvriront toute la commune. La construction du collège est déjà un acquis. Fier, le président Patrice Talon l’est aussi des réalisations de la Fondation Claudine Talon.