Tournée sur la cherté de la vie : Moele Bénin prône l’unité nationale et la consommation locale

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Tournée sur la cherté de la vie : Moele Bénin prône l’unité nationale et la consommation locale

Tournée sur la cherté de la vieMOELE BENIN

Jacques Ayadji, président du parti ‘’Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin’’ (Moele Bénin), appelle les forces vives de la nation à l’union et à la consommation locale pour venir à bout de la crise économique actuelle. C’est au cours d’une émission sur une télévision privée de la place, hier mercredi 18 mai.

LIRE AUSSI:  En visite sur le continent cette semaine : la vision de Erdogan pour l’Afrique

Au ‘‘Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin’’ (Moele Bénin), c’est le patriotisme économique qui est prôné. Face à la crise qui sévit actuellement, le parti invite les populations à l’union, à la production et à la consommation locale. « Lorsque le pays est en danger comme c’est le cas maintenant et nous courons le risque d’aller vers la rareté des produits de grande consommation, il faut se mettre ensemble.

Après avoir dressé le diagramme des problèmes, il faut aussi dresser le diagramme des solutions », souligne-t-il. Jacques Ayadji note que cette crise que vit le Bénin doit être une opportunité pour ses fils et filles pour changer leur fusil d’épaule. Selon lui, il est temps de tirer leçon de cette crise et d’aller vers la coalition des forces. « Ce qui se passe au Bénin ne dépend pas du Bénin et malgré la bonne volonté du président Patrice Talon, ce dernier ne peut pas agir avec une baguette magique », reconnaît Jacques Ayadji.

LIRE AUSSI:  Diffusion de fausses images lors du scrutin : Le gouvernement annonce l’ouverture d’une enquête

Il se désole du fait que certaines chapelles politiques se réjouissent de la situation que vit le Bénin. « Je suis un peu déçu parce que nous ne sommes pas une nation. Lorsque vous êtes dans une nation et qu’elle est attaquée, on doit régler le problème avant de revenir à la situation antérieure. Tout ce que nous avons à faire, c’est de prendre des mesures qui permettront de passer cette situation. Aujourd’hui, nous parlons de la cherté de la vie. Si nous ne prenons pas garde, nous irons à l’étape supérieure parce que de la cherté de la vie découle la cherté des produits de grande consommation », déclare-t-il.

Jacques Ayadji a profité de l’occasion pour saluer la démarche du gouvernement envers les populations ces derniers jours. Il apprécie aussi les actions menées par l’Exécutif pour juguler la crise et permettre au peuple béninois de souffler un tant soit peu.