Toviklin : 13 conseillers déclenchent la procédure de destitution du maire

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Politique |   Commentaires: Commentaires fermés sur Toviklin : 13 conseillers déclenchent la procédure de destitution du maire


Une large majorité, soit 13 conseillers sur les 16 qui siègent au sein du conseil communal, mène une fronde contre le maire de Toviklin, Rogobert Tozo. La tension est montée d’un cran depuis ce lundi 24 juillet que le groupe des 13 conseillers communaux a signé et déposé, par exploit d’huissier, une lettre de défiance contre le maire.

LIRE AUSSI:  Séverin Adjovi : Une déchéance bien au-delà de Ouidah !

Y sont contenus plusieurs griefs contre le maire. « Depuis sa prise de service, le maire ne fait que preuve de gestion solitaire, cavalière et opaque dans les domaines administratifs, politiques et financiers. Malgré nos multiples conseils, il n’entend pas se corriger », lit-on dans la lettre de défiance. Les frondeurs en veulent pour preuve, les derniers recrutements d’agents organisés au niveau de la mairie. Pour eux, il s’agit de recrutements à caractère « régionaliste ». Le volet le plus opaque de la gouvernance du maire, selon les frondeurs, se note dans la gestion de passation des marchés publics. « Tous les marchés sont octroyés à des proches au mépris des textes », ont-ils développé avant de conclure : « Il y a profondément crise de confiance entre le conseil communal de Toviklin et le maire Rigobert Tozo ».

A la suite de ces dénonciations, le groupe demande la convocation d’une session de défiance. Et ce en vertu de l’article 53 de la loi n°97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes du Bénin. Reste à savoir la suite que l’autorité  préfectorale donnera à cette requête.

LIRE AUSSI:  Trophée de la décentralisation, édition 2014: Promouvoir le développement à la base

Rappelons que le recrutement en question avait suscité une vive protestation de la part des jeunes de la commune. Ils avaient organisé à cet effet une marche de protestation au cours de laquelle l’achat du véhicule de commandement du maire aussi a été mis en épingle.