Trafic de drogues et des précurseurs: 608 personnes condamnées de 2013 à 2017

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Trafic de drogues et des précurseurs: 608 personnes condamnées de 2013 à 2017


Le procureur spécial de la Criet, Gilbert Togbonon

De 2013 à 2017, au total 608 personnes ont été poursuivies et condamnées avec une quantité totale de plus de 141 tonnes de drogues saisies. L’information a été révélée, ce jeudi 27 septembre, par le procureur spécial près la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), Gilbert Togbonon, lors d’un point de presse au siège de sa juridiction à Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Souvenir de l’agression du 16 janvier 1977: Que reste-t-il encore de la conscience patriotique ?

La lutte contre le trafic de drogues et des précurseurs est en marche au Bénin. En témoignent les résultats obtenus dans ce domaine de 2013 à 2017 et qui révèlent au total 608 personnes poursuivies et condamnées avec une quantité totale de plus de 141 tonnes de drogues saisies. Le procureur spécial près la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), Gilbert Togbonon, au cours d’un point de presse qu’il a animé au siège de sa juridiction à Porto-Novo a fait le bilan en matière de répression de trafic de drogue au cours des trente premiers jours d’installation de la Criet avec un flash-back sur la période de 2013 à 2017. Selon le conférencier, 453 saisies de drogues et précurseurs ont été effectuées sur cette période. On y retrouve des drogues de diverses classifications. Le procureur spécial constate que ce trafic est organisé par des ressortissants de plusieurs nationalités, essentiellement des hommes dits «d’affaires » dont la tranche d’âge est comprise entre 19 et 60 ans. Ces derniers assurent le transit de la drogue et ravitaillent le marché local. La lutte sera davantage implacable dans ce domaine, soutient Gilbert Togbonon. Ainsi, depuis l’installation de la Criet le 27 août dernier à ce jour, la juridiction a tenu deux audiences correctionnelles, l’une le 6 septembre et l’autre le 20 septembre dernier, au cours desquelles la Cour a examiné plus d’une vingtaine de dossiers de crimes liés au trafic international de drogues et des précurseurs ainsi qu’aux affaires de cybercriminalité. Au terme de ces différentes procédures, la Criet a condamné plusieurs personnes poursuivies dont certaines à 20 ans d’emprisonnement ferme, d’autres à six (06) mois et d’autres encore à deux (02) mois, pour détention et usage de chanvre indien. Aussi a-t-elle relaxé des prévenus. La Cour s’est surtout appuyée sur la loi n°97-025 du 18 juillet 1997 sur le contrôle des drogues et des précurseurs ainsi que de nombreux accords internationaux auxquels est partie le Bénin pour réprimer ces criminels. Selon le procureur spécial près la Criet, le Bénin s’est doté de ces textes pour marquer son engagement à mener une lutte sans merci contre l’usage et le trafic illicite des stupéfiants et substances psychotropes, à l’instar de nombreux pays de la sous-région. Gilbert Togbonon en appelle donc à l’attention de tous les parents envers leurs enfants et à la collaboration des populations à travers des dénonciations pour endiguer le phénomène de trafic de drogue et précurseurs. « Cette situation annihile les efforts relatifs à l’assainissement de l’ordre public économique de notre pays et rend vulnérable la jeunesse béninoise qui s’adonne à cette activité », constate le procureur spécial près la Criet. Gilbert Togbonon informe qu’outre les affaires de trafic de drogue, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme est aussi saisie des dossiers à caractère économique et ceux relatifs à l’escroquerie en bande organisée via les Tics. 

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale: Les députés s’approprient le budget de l’Etat gestion 2018

Il faut préciser que la Criet a été créée par la loi portant organisation judiciaire en République du Bénin. Elle est une juridiction spéciale à compétence nationale chargée de réprimer les faits de terrorisme, les délits et crimes à caractère économique ainsi que le trafic de stupéfiants et des infractions connexes.