Transhumance dans la Vallée de l’Ouémé : Le secours du chef de l’Etat sollicité

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Transhumance dans la Vallée de l’Ouémé : Le secours du chef de l’Etat sollicité

Transhumance dans la Vallée de l’Ouémé Le secours du chef de l’Etat sollicitéLa confrontation régulière entre éleveurs transhumans et agriculteurs reste un problème séculaire

L’implication du président de la République, Patrice Talon est souhaitée dans la résolution des problèmes liés au phénomène de la transhumance dans la Vallée de l’Ouémé avec son cortège de destruction des champs des paysans et d’affrontements souvent meurtriers.

LIRE AUSSI:  Vice-président du candidat Talon : L'Up officialise la désignation de Talata Zimé


La saison de la transhumance bat déjà son plein. Comme chaque année, les peuls éleveurs font déjà parler d’eux sur le terrain avec leurs troupeaux. Les localités de la Vallée de l’Ouémé subissent encore les affres de ce phénomène en violation des prescriptions du ministère en charge de l’Intérieur. Lesquelles interdiraient l’accès de certaines zones de la partie méridionale dont les communes de Bonou, Aguégués, Adjohoun et Dangbo aux éleveurs transhumants. La situation a fait sortir de ses gonds sa Majesté Signon Oba Adéki Ilouma, roi central de la Vallée de l’Ouémé. Ce dernier a adressé, ce mardi 8 février, une lettre ouverte au chef de l’Etat pour solliciter son implication dans la résolution de ce problème qui a causé par le passé la mort de plusieurs personnes, mettant de nombreuses familles en détresse. A en croire le roi, l’arrivée des éleveurs transhumants chaque année crée beaucoup de dommages sur le terrain. On note la dévastation des cultures partout où passent ces troupeaux. Des hectares de champs des paysans sont détruits par les bêtes quand bien même ces zones ne font pas partie des couloirs officiellement retenus pour le phénomène cyclique. Ce qui cause souvent des affrontements meurtriers dont les bilans sont lourds pour de nombreuses familles. « Nous voudrions solliciter votre (le chef de l’Etat, ndlr) concours afin qu’une solution durable et conséquente soit trouvée à ce phénomène qui détruit chaque année la vie de centaines de vos compatriotes dans la Vallée de l’Ouémé », plaide sa Majesté, le roi Signon. « Ce cri de cœur est celui de tous les Béninois en général et surtout des populations de la Vallée de l’Ouémé qui ont été d’une manière ou d’une autre, victimes de ce phénomène malheureux qui amplifie chaque année la division entre les peuls transhumants du Nord et les agriculteurs du Sud», poursuit l’autorité morale dans sa lettre ouverte. Il se dit rassuré que son cri de cœur recevra un écho favorable au regard de l’engagement du président Patrice Talon à travailler pour le réel développement du Bénin. La solution à ce problème apportera la joie dans les cœurs des paysans de la Vallée de l’Ouémé dépassés par les dégâts qu’ils enregistrent à chaque saison, croit le roi Signon Oba Adéki Ilouma. Il a expliqué que ce phénomène qui a longtemps duré est en partie, à la base de la souffrance des agriculteurs qui ont aujourd’hui des dettes au cou et ne savent pas comment les régler auprès des institutions financières qui leur ont accordé des prêts pour leurs activités champêtres. Le roi central de la Vallée de l’Ouémé propose au chef de l’Etat de diligenter une enquête dans les quatre communes de la région afin de toucher du doigt la gravité des faits qu’il a exposés. « Il y va du bien-être et de la promotion de l’économie locale dans notre pays, le Bénin », conclut le roi central de la Vallée de l’Ouémé.

LIRE AUSSI:  97e édition de Nonvitcha à Grand-Popo: Les communautés xwla et xwela invitées à renforcer leurs liens de fraternité