Travaux urbains/Piochage de câbles électriques à Cotonou et environs: Rencontre de vérité entre la Sbee et les entreprises

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Travaux urbains/Piochage de câbles électriques à Cotonou et environs: Rencontre de vérité entre la Sbee et les entreprises


Face-à-face entre responsables de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) et entreprises en charge de divers travaux de construction à Cotonou et environs. Pour une énième fois, les deux parties se sont retrouvées pour évoquer, statistiques à l’appui, l’épineuse question du piochage de câbles électriques pendant la réalisation des divers travaux. Au terme de la rencontre, les responsables d’entreprises ont pris conscience des dommages qu’engendre cette situation.

LIRE AUSSI:  Accord sur le Code bénino-togolais de l’électricité amendé: La Ceb perd le monopole de production de l’énergie électrique

Lassée par les multiples plaintes de ses clients au sujet des coupures intempestives de courant, dues aux piochages de câbles électriques pendant la réalisation des divers travaux de construction, la direction générale de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) a rencontré, ce lundi, les entreprises en charge des travaux à Cotonou et environs. Dans une atmosphère conviviale, empreinte de vérité et de sensibilisation, le directeur général de la Sbee, Jacques Paradis, a montré à ces entreprises leur responsabilité dans l’incapacité de sa société à répondre favorablement aux besoins de sa clientèle. Les statistiques qu’il dévoile à cet effet, en disent long. « On a eu une première réunion sans succès. La semaine dernière, on a encore constaté des piochages de câbles. De janvier 2020 à ce jour, il y a eu 37 câbles qui ont été piochés, ce qui fait une moyenne d’un câble pioché par semaine. A la direction régionale Littoral 1, il y a eu 26 piochages de câbles enregistrés ces dernières semaines, 82 000 clients ont été touchés par des coupures. Et ainsi de suite. Ce qui fait pour les 37 câbles piochés un total de 114 000 clients sur 612 000 que compte la Sbee. Soit un taux de 17 % de notre clientèle qui se retrouve ainsi touchée par des coupures pour 293 000 Kwh d’énergie non distribuée », déplore Jacques Paradis. S’exprimant sur le sujet, les directeurs régionaux Littoral 1, Roger Gbègan, et Littoral 2, Claude Dossou, expliquent que ces piochages sont l’œuvre des ouvriers des entreprises en charge de divers travaux de construction. Ils font remarquer que la situation n’impacte pas uniquement la clientèle de la Sbee. Elle touche également les agents de la société distributrice de courant électrique dans la mesure où ils doivent rechercher les pannes et rétablir le jus. Tout ceci, dans une course contre la montre. « Le comble, s’indigne Roger Gbègan, c’est qu’il y a certaines entreprises qui mettent hors tension le réseau sans aucune autorisation préalable de la Sbee ».
« Nous leur demandons de faire l’effort de respecter les consignes que nous leur donnons. Et lorsqu’il y a un problème, qu’on ne passe plus des heures à chercher. Et ce n’est pas aisé de chercher une panne là où le câble est à 1,5 mètre dans l’eau parce que cela nécessite beaucoup de recherche », informe Claude Dossou. Malheureusement, cette consigne est totalement foulée aux pieds par les entreprises, regrettent les dirigeants de la Sbee.

LIRE AUSSI:  Factures impayées : La Sbee déclenche une opération de recouvrement ce 3 mai

Terrain d’entente

Selon les représentants des entreprises, ces piochages sont souvent dus au défaut d’harmonisation des plans existants et des nouveaux. Aussi, ont-ils promis d’être beaucoup plus prudents lors des travaux. « Ce qu’on peut retenir, c’est que nous ferons beaucoup plus attention à l’avenir. On a du matériel pour scanner le sol afin d’éviter d’éventuels piochages. Nos ouvriers sont sensibilisés à cet effet », assure Sosthène Boko, directeur des Travaux de Sogea Satom. « Je sais qu’avant tous travaux, nous sommes désormais tenus d’informer la Sbee afin d’éviter d’autres casses », a déclaré Stéphane Noubissi, conducteur des travaux-réseaux à Colas Afrique.
A l’issue de cette séance d’échanges et de sensibilisation, Ninon Ahoudjinou, assistant du Dg/Sbee, rappelle à leurs hôtes que les entreprises ne doivent plus entreprendre de propre gré, des travaux sur le réseau électrique sans en informer la Sbee au préalable.
« La deuxième chose, c’est de communiquer… », insiste-t-il. Comme solution à court et moyen termes, Ciss Cheik Mara, représentant du ministère du Cadre de vie et du Développement durable, a souhaité que la Sbee mette en place un manuel de procédures afin de déterminer clairement la démarche à suivre par les entreprises en charge des travaux. « C’est vrai que des câbles sont piochés. Mais, le problème sur lequel il faut mettre le doigt, c’est le plan qui n’existe pas. Alors, qu’on sorte un manuel de procédures qui indiquera la démarche à suivre »,
propose le représentant du ministre du Cadre de vie.
Somme toute, chaque partie s’est engagée à jouer sa partition afin que les piochages de câbles soient évités à l’avenir. La séance s’est donc achevée sur fond d’engagements et de satisfaction générale n

LIRE AUSSI:  Révolution dans le secteur de l’énergie au Bénin: Les engagements des partenaires renouvelés