Tricherie au concours de recrutement des auditeurs de justice: Une procédure enclenchée contre les mises en cause

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Tricherie au concours de recrutement des auditeurs de justice: Une procédure enclenchée contre les mises en cause


Les candidates surprises dans des manœuvres de tricherie au concours de recrutement de 100 auditeurs de justice organisé, samedi 12 décembre dernier, au profit du ministère de la Justice feront l’objet de poursuites judiciaires exemplaires. L’annonce en a été faite par le procureur de la République près le tribunal de 1re instance de 1re classe de Cotonou, Elon’m Mario Metonou, lors d’un point de presse tenu ce mardi 15 décembre à Cotonou.

LIRE AUSSI:  So why Do Fellas Disappear By Online Dating? Component 1

Lors du concours de recrutement de 100 auditeurs de justice organisé, samedi 12 décembre dernier, au profit du ministère de la Justice, deux candidates ont été surprises dans des manœuvres de tricherie en pleine composition de l’épreuve de procédure pénale. Cet acte entraîne, selon le procureur de la République, l’ouverture d’une enquête judiciaire contre les mises en cause. Rappelant les faits, Elon’m Mario Metonou indique que l’une des candidates a été surprise en train de manipuler un téléphone portable par lequel elle correspondait avec une personne extérieure, et l’autre avec des documents écrits en forme de brouillons qui n’étaient pas ceux fournis par le centre d’examen.

Le procureur de la République précise que l’une et l’autre ont été sorties de la salle d’examen et expulsées du centre de composition. Aussitôt informé, Elon’m Mario Metonou fait savoir que le parquet de Cotonou a ordonné l’ouverture d’une enquête qui a été confiée à la Brigade économique et financière (Bef). Cette unité a été instruite aux fins d’interpeller et de placer en garde à vue les mises en cause ainsi que tous leurs complices. Dès la clôture de l’enquête, ces personnes seront présentées au procureur de la République et feront l’objet de poursuites judiciaires.
Evoquant les bases légales de l’action engagée contre les prévenues, le procureur de la République rappelle que la fraude dans les examens et concours est prévue et punie par les articles 754 et 757 du Code pénal. En ce qui concerne les peines, il précise que les auteurs ou complices de cette infraction sont passibles de cinq ans d’emprisonnement et de cinq millions d’amende.

LIRE AUSSI:  Pénurie d’essence à Natitingou:Les populations victimes de surenchère