Troisième édition du « Jeudi du patronat »: La dépréciation du Naira et la crise économique au Bénin au centre des débats

Par Pintos GNANGNON,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Troisième édition du « Jeudi du patronat »: La dépréciation du Naira et la crise économique au Bénin au centre des débats


La Confédération nationale des employeurs du Bénin (CONEB) se préoccupe de la crise économique née au Bénin du fait de la dépréciation du Naira, monnaie officielle du Nigeria voisin. La question était au centre des débats de la troisième édition du « jeudi du patronat », qu’elle a organisée jeudi 15 septembre à Cotonou.

Depuis quelques jours le Nigeria est entré officiellement en récession. Une situation qui préoccupe les opérateurs économiques béninois réunis au sein de la Confédération nationale des employeurs béninois (CONEB). Ils ont initié un débat pour échanger non seulement entre eux, mais aussi avec les représentants de la Société civile et du gouvernement.

En effet, le Bénin et le Nigeria ont des liens historiques et entretiennent des relations commerciales qui ont évolué dans le temps, mais qui ont souffert d’une application parfaite. Car, ils ont été moins réglementés pendant longtemps. Ce n’est que dans les années 90 que les deux pays ont ressenti la nécessité de signer un accord de partenariat agricole, par lequel ils se sont mutuellement accordé la clause de la nation la plus favorisée. Revu par des dispositions complémentaires, cet accord a été élargi au Togo et au Ghana et a donné naissance à la zone de coprospérité. Ledit accord a prescrit, entre autres, la libre circulation entre les deux pays de deux catégories de produits que sont les biens et marchandises entièrement produits ou récoltés dans l’un ou l’autre pays et les produits qui entièrement ou partiellement composés de matières premières provenant d’un pays tiers ou d’une institution, ont été transformés de façon substantielle dans l’un ou l’autre pays.
Il ressort malheureusement de l’exposé développé au cours des échanges que les flux commerciaux entre le Bénin et le Nigeria reposent essentiellement sur le commerce informel qui en représente environ 70%. Dans la réalité, une forte proportion du trafic entre les deux pays repose sur le circuit de la contrebande, échappant ainsi aux statistiques officielles.

Les deux catégories de produits du Bénin

En ce qui concerne le Bénin, dont l’économie est essentiellement agricole l’exposant, Dr Emile Aifa a affirmé que deux catégories de produits sont exportées vers le Nigeria. Il s’agit, selon lui, d’une dizaine de produits alimentaires d’origine béninoise dont le maïs, les cosettes d’ignames et de manioc, le gari, l’huile de palme, les palmistes, la tomate, la noix de cajou, les amandes de karité, l’ananas, le piment et le soja. En dehors de ces produits, le Bénin exporte également vers le Nigeria des produits importés d’origine étrangère.
En retour, de nombreux produits nigérians manufacturés sont importés au Bénin. Il s’agit notamment des produits pétroliers, les plastiques et les pièces détachées de rechange.
Analysant les récentes réformes nigérianes consacrant la dépréciation du Naira, l’exposant a estimé qu’elles n’ont fait que renforcer et consolider la baisse drastique de compétitivité des produits béninois sur le marché nigérian. Ainsi, les Nigérians trouvent plus chers les produits béninois et préfèrent les substituer à d’autres produits. Ce qui conduit nécessairement à la mévente sur le marché béninois avec pour conséquence la baisse des recettes et le chômage. C’est ce qui explique les différentes plaintes observées ça et là.
Le risque est qu’à terme, le marché nigérian peut s’ajuster en produisant suffisamment les produits exportés du Bénin. Le Bénin perdra ainsi son avantage comparatif sur ces produits et verra ainsi se réduire sa part de marché.
Face à la situation, des recommandations ont été faites à l’endroit de l’Etat. A court terme, pour éviter la faillite des entreprises béninoises, fournisseurs du marché nigérian ayant constitué des stocks, les participants recommandent à l’Etat de leur accorder une facilité financière, mais avant, un état des lieux s’impose. Il faut aussi prévoir la construction ou la mise en œuvre d’infrastructures d’accompagnement de l’offre.
En réponse aux réformes dans l’économie nigériane, les opérateurs économiques estiment qu’il est nécessaire de créer une cellule d’analyse ou de veille qui sera au service de la CONEB, mais sous un financement public ou extérieur.
Les participants au «Jeudi du patronat » ont unanimement souhaité l’exploitation à grande échelle du potentiel agricole du Bénin. C’est-à-dire doper le secteur par des actions concrètes en vue d’un rendement d’échelle?