Troisième édition du Salon agricole et financier «Agrifinances»: Un partenariat pour faciliter le financement des initiatives agricoles

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Troisième édition du Salon agricole et financier «Agrifinances»: Un partenariat pour faciliter le financement des initiatives agricoles


Cotonou abrite depuis mercredi 11 mai, la troisième édition du Salon agricole et financier, «Agrifinances». Trois jours pour permettre aux acteurs du monde agricole et du secteur financier de tenir un dialogue franc sur fond de vision prospective, afin que les projets agricoles bénéficient davantage de soutien.

LIRE AUSSI:  Crise dans le secteur de la pharmacie : Le gouvernement retire l’agrément à la Came

La dernière édition du Salon agricole et financier, « Agrifinances » a drainé plus de 1500 visiteurs selon les organisateurs. Cette année, pour le compte de la troisième édition, ils projettent un nombre largement plus important. Ceci, en raison des défis actuels du secteur agricole béninois et même dans le monde. Sur ce chantier, le financement est perçu comme la plus grosse difficulté. Et c’est là, la raison d’être de ce salon qui s’emploie depuis trois éditions à réunir sur un même espace, le monde financier (banques, institutions de microfinance, partenaires techniques et financiers, organismes internationaux), puis les acteurs à divers niveaux de la chaîne de production agricole. Dans ce brassage où chaque partie a la possibilité de mieux s’ouvrir à l’autre, les réticences des financiers vis-à-vis du financement des activités agricoles pourraient s’estomper et dans le même temps, les producteurs toucheront du doigt les conditions et même les facilités souvent inconnues d’eux, mais essentielles pour leurs activités.

LIRE AUSSI:  Ethique et déontologie dans le secteur de la diplomatie:Les exigences d’un corps d’élite, métier noble

«L’évènement s’inscrit dans la logique du développement de l’agro-business, pour permettre aux financiers de mieux intégrer les réalités du secteur agricole », estime alors le coordonnateur d’Agriprofocus Bénin, Marcel Djihoun. Agriprofocus Bénin est en effet un réseau des acteurs du secteur privé, du secteur public, des institutions, des ONGs et autres, travaillant dans l’agriculture et par ailleurs, l’organisateur du salon Agrifinances qui, pour sa troisième édition, draine une palette très variée d’acteurs intervenant à divers niveaux du maillon de l’agriculture. Certains y sont avec leurs produits, d’autres pour présenter leurs institutions et structures, et d’autres encore pour présenter des offres et services divers. Au total, une panoplie appréciable de tout ce qui est indispensable pour nourrir et entretenir le secteur agricole.

Solutionner le mal du financement

Cette année, les réflexions feront la part belle au financement, vu par Marcel Djihoun comme une « thématique de grande importance ». Les éditions antérieures du salon ayant permis de rapprocher les transformateurs et les promoteurs des Pme agricoles du monde financier, il importe selon lui de consolider davantage ce lien au cours de la troisième édition du salon.
L’ingénieur Olivier Vigan, par ailleurs ancien secrétaire général du ministère en charge de l’Agriculture, faisant office d’expert a eu l’honneur de présenter la communication inaugurale du salon. Il y a développé entre autres, l’importance pour les acteurs du monde agricole de faire de «l’aventure calculée » pour « permettre aux banques de mieux appuyer le secteur ». L’essor de l’agriculture n’est pas possible sans un secteur privé fort, dira pour sa part, Hannelaure Delcour, représentant le Royaume de Belgique à la cérémonie officielle d’ouverture du salon qui plaide alors pour un partenariat gagnant-gagnant. Lequel partenariat, est déjà, de son point de vue, axé sur des bases solides, au regard des nombreux efforts concédés par le Bénin ces dernières années, et dont le plus important est le Programme spécial de relance du secteur agricole. Tout aussi soucieux que ses prédécesseurs du sort qui est actuellement fait au financement de l’agriculture, l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas estime que le déficit de financement est l’un des obstacles à la production agricole.
Pour ce faire, il a émis le vœu qu’un produit financier spécifique au secteur soit trouvé. Car, estime-t-il, le potentiel est là pour que le Bénin devienne une puissance agricole. Pour inverser la tendance, il faut agir, propose Abdoulaye Toko, secrétaire général du ministère en charge de l’Agriculture. Agir contre la prudence des banques vis-à-vis du financement des activités agricoles et pour une concertation entre tous les acteurs : ce sont les propositions faites par lui. La troisième édition du Salon agricole et financier, «Agrifinances» prend fin le 13 mai prochain et sera faite de rencontres B to B, d’expositions, de conférences et de rencontres d’affaires entre promoteurs agricoles et acteurs du milieu des finances ?