Troisième sommet du Ce à Niamey : La vitalité des instruments du Conseil de l’Entente appréciée

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Troisième sommet du Ce à Niamey : La vitalité des instruments du Conseil de l’Entente appréciée


Le chef de l’Etat Patrice Talon est rentré en début de soirée, lundi 11 juillet, de Niamey où il a pris part au troisième sommet du Conseil de l’Entente. Sommet au cours duquel, d’importantes décisions ont été prises selon le point fait par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Aurélien Agbénonci, de retour à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Le gouvernement du Bénin autorise l’étude sur les indicateurs de l’universalité de l’Internet.

«Cette conférence a permis aux chefs d’Etat et de gouvernement de se rendre compte de l’évolution qu’a connu l’organisation sous-régionale que constitue le Conseil de l’Entente, la plus vieille et qui a reçu comme mandat il y a quelques mois de dynamiser son action et de mettre en place une nouvelle gouvernance», déclare le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Aurélien Agbénonci membre de la délégation béninoise qui a accompagné le président Patrice Talon à Niamey (Niger) pour le troisième sommet du Conseil de l’Entente. La délégation béninoise, selon le point fait aux hommes des médias à l’aéroport international Bernardin Cardinal Gantin de Cadjèhoun par le patron de la diplomatie béninoise a pris une part très active aux travaux qui ont enregistré la présence du chef de l’Etat malien au rang de pays invité. Grâce à l’élargissement qu’envisagent les Etats membres, ce pays pourrait intégrer sous peu cette organisation. Son président en a manifesté le vœu, révèle le ministre des Affaires étrangères qui indique que cette doléance a été favorablement accueillie.
Au cours des assises, le président nigérien Mahamadou Issifou, président en exercice, sinon en fin de mandat a passé le témoin au chef de l’Etat togolais désigné nouveau président du Conseil de l’Entente pour un mandat de deux ans. Dans la même veine, le secrétaire exécutif de l’organisation, Patrice Kouamé a bénéficié à nouveau de la confiance des chefs d’Etat qui l’ont reconduit pour un mandat de cinq ans.
« Le sommet a pris connaissance des efforts faits pour assainir la situation financière de l’organisation… Nous ne sommes en retard que de notre contribution de cette année. Il est heureux de constater que nous assumons nos responsabilités… », a également soutenu le ministre au sujet du Bénin.

LIRE AUSSI:  Révision de la Constitution: Quelles chances d’aboutissement du dossier ?

Bonne gouvernance

Les assises, poursuit-il, ont retenu les indicateurs qu’il faut pour apprécier la bonne gouvernance des Etats membres. Ainsi, a-t-il été décidé, comme indices pour la gouvernance politique et économique, l’indice Mo Ibrahim, le Doing business et le rapport sur le développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) pour connaitre la santé des Etats membres. Le mandat de mobilisation de ressources financières donné au secrétaire exécutif connait un début heureux, note aussi Aurélien Agbénonci qui souligne qu’un mémorandum a été signé dans ce cadre en présence du chef de l’Etat. Le Conseil de l’Entente va également se lancer dans un programme de promotion immobilière. Son siège sera réhabilité pour abriter des immeubles destinés aux locaux de l’organisation, mais aussi pour générer des ressources via exploitation.
Profitant de son séjour à Niamey, le président Patrice Talon a visité la chancellerie béninoise à Niamey «pour voir son état et donner des instructions pour rétablir ce patrimoine», laisse entendre le ministre des Affaires étrangères. Cette visite lui a aussi permis de rassurer la communauté béninoise, inquiète des conséquences du réaménagement de la carte diplomatique de leur pays. Echangeant avec elle, le président Patrice Talon a rassuré que l’ambassade ne sera pas fermée, mais dynamisée pour être plus en phase avec les exigences de la gouvernance actuelle du pays, a aussi souligné le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération dans son point.?