Une hausse de 120 % pour les Affaires sociales et Microfinance

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Une hausse de 120 % pour les Affaires sociales et Microfinance

Véronique_TognifodéVéronique_Tognifodé

Les allocations budgétaires pour le compte du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance pour relever les défis de 2023 s’élèvent à la somme de 29 122 744 000 F Cfa contre 13 261 130 000 F Cfa en 2022, soit une hausse de 15 861 614 000 F Cfa correspondant à un taux de 119,61 %. Ces crédits sont répartis en dépenses de personnel à hauteur de1 723 718 000 Fcfa, en dépenses ordinaires hors salaires à 5 465 374 000 F Cfa et en dépenses en capital pour 21 933 652 000 F Cfa. Cette hausse se justifie par les grandes ambitions du Programme d’action du gouvernement (Pag) 2021-2026 visant prioritairement le renforcement de l’accès des populations aux services sociaux de base et aux opportunités économiques et financières. Ceci constitue l’une des priorités du président Patrice Talon qui a placé son second mandat sous le signe du « hautement social ». Cela se traduira par des actions fortes pour une amélioration significative des conditions de vie des populations les plus vulnérables et la réduction des inégalités sociales. Ainsi, les priorités du ministère pour la gestion 2023 sont de plusieurs ordres. Il est envisagé une protection sociale pour tous et une prise en charge des groupes vulnérables, notamment les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées. Au nombre des priorités pour l’année 2023, il est prévu le lancement de nouveaux chantiers de réhabilitation/construction et équipement des Centres de promotion sociale et autres structures du ministère ; la transformation des Cps en guichet unique de protection sociale au niveau des communes; l’extension de la distribution de cartes biométriques à tous les pauvres extrêmes des 20 communes restantes ; l’organisation d’une nouvelle campagne de communication de proximité en direction des pauvres, du personnel de santé, des élus locaux, des relais communautaires, des leaders d’opinion, des religieux, des têtes couronnées et des Ong ; l’extension de l’assurance maladie à toute la population notamment les fonctionnaires retraités et étudiants.
Il s’agira également de poursuivre la mise en place du crédit pour les artisans ayant bénéficié d’une formation sur l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) ; de procéder à l’élargissement du contenu du panier de soins. La poursuite de la mise en œuvre du Programme de Modernisation des Espaces publics de protection sociale et de promotion du Genre; la mise en œuvre des actions d’autonomisation économique des femmes et de promotion du genre ; l’exécution des actions de protection des couches vulnérables à travers entre autres la mise en œuvre du Programme décennal d’extension de filets sociaux ; la poursuite d’animation des espaces sûrs existants et création de nouveaux espaces et le suivi de la distribution des kits scolaires et démarrage des transferts monétaires conditionnels. Le ministre Véronique Tognifodé a défendu, les grandes lignes de ce budget, ce mardi, devant la commission budgétaire du Parlement?

LIRE AUSSI:  Séminaire des chefs de corps de l’Etat-major : les cadres de l’Armée affinent leurs stratégies pour 2022

 

Les allocations budgétaires pour le compte du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance pour relever les défis de 2023 s’élèvent à la somme de 29 122 744 000 F Cfa contre 13 261 130 000 F Cfa en 2022, soit une hausse de 15 861 614 000 F Cfa correspondant à un taux de 119,61 %. Ces crédits sont répartis en dépenses de personnel à hauteur de1 723 718 000 Fcfa, en dépenses ordinaires hors salaires à 5 465 374 000 F Cfa et en dépenses en capital pour 21 933 652 000 F Cfa. Cette hausse se justifie par les grandes ambitions du Programme d’action du gouvernement (Pag) 2021-2026 visant prioritairement le renforcement de l’accès des populations aux services sociaux de base et aux opportunités économiques et financières. Ceci constitue l’une des priorités du président Patrice Talon qui a placé son second mandat sous le signe du « hautement social ». Cela se traduira par des actions fortes pour une amélioration significative des conditions de vie des populations les plus vulnérables et la réduction des inégalités sociales. Ainsi, les priorités du ministère pour la gestion 2023 sont de plusieurs ordres. Il est envisagé une protection sociale pour tous et une prise en charge des groupes vulnérables, notamment les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées. Au nombre des priorités pour l’année 2023, il est prévu le lancement de nouveaux chantiers de réhabilitation/construction et équipement des Centres de promotion sociale et autres structures du ministère ; la transformation des Cps en guichet unique de protection sociale au niveau des communes; l’extension de la distribution de cartes biométriques à tous les pauvres extrêmes des 20 communes restantes ; l’organisation d’une nouvelle campagne de communication de proximité en direction des pauvres, du personnel de santé, des élus locaux, des relais communautaires, des leaders d’opinion, des religieux, des têtes couronnées et des Ong ; l’extension de l’assurance maladie à toute la population notamment les fonctionnaires retraités et étudiants.
Il s’agira également de poursuivre la mise en place du crédit pour les artisans ayant bénéficié d’une formation sur l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) ; de procéder à l’élargissement du contenu du panier de soins. La poursuite de la mise en œuvre du Programme de Modernisation des Espaces publics de protection sociale et de promotion du Genre; la mise en œuvre des actions d’autonomisation économique des femmes et de promotion du genre ; l’exécution des actions de protection des couches vulnérables à travers entre autres la mise en œuvre du Programme décennal d’extension de filets sociaux ; la poursuite d’animation des espaces sûrs existants et création de nouveaux espaces et le suivi de la distribution des kits scolaires et démarrage des transferts monétaires conditionnels. Le ministre Véronique Tognifodé a défendu, les grandes lignes de ce budget, ce mardi, devant la commission budgétaire du Parlement?

LIRE AUSSI:  Audience au palais de la Marina: La coopération portuaire entre Cotonou et Yokohama s'intensifie