Us et coutumes dans le Plateau: 17 jours pour célébrer la divinité Oro

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Us et coutumes dans le Plateau: 17 jours pour célébrer la divinité Oro


Plus qu’une tradition, c’est une obligation cultuelle pour les adeptes de la divinité Oro de la célébrer chaque année. Pendant 17 jours, ils s’adonnent à des sacrifices et autres cérémonies afin de purifier la région et tout le pays. Selon certains initiés, «cette célébration s’impose pour chasser les mauvais esprits et prier pour le bien-être individuel et collectif de toute la population ».
Dans la commune d’Adja-Ouèrè, les festivités se dérouleront du 22 août au 9 septembre 2021. Selon le calendrier publié, les manifestations seront plus intenses sur trois jours dans cette période. Il s’agit des 3e, 7e et 17e jours, qui seront particulièrement animés. Ce qui exige des dispositions particulières, notamment la fermeture de certaines voies de circulation dans la ville.
Dans les autres communes, à l’exception de Pobè, dit-on, la situation sera pareille. Les forêts et certaines rues vont vibrer au rythme de cette divinité très redoutée.

Inquiétudes et assurances

LIRE AUSSI:  Serge Bilé, journaliste et auteur : « On ne peut connaître l’histoire des Noirs que si elle est enseignée à l'école »

La sortie de la divinité Oro dans le département du Plateau n’est pas une nouveauté. « C’est presque inné en nous. Nous sommes nés dedans et nous l’avons adopté », indique le maire de la commune d’Adja-Ouèrè, Cyrille Adégbola. Mais cet avis n’est pas partagé par certaines personnes, pour la plupart pratiquants d’autres cultes. «Avec ces cérémonies, beaucoup d’infrastructures sociocommunautaires, y compris des écoles risquent d’être fermées aux populations. De même, les femmes ne pourront vaquer à leurs occupations commerciales dans les marchés », soutient Sylvestre Assogba, chrétien catholique.

Et il n’est pas le seul. De nombreuses personnes élèvent la voix contre ces pratiques qu’elles disent « d’une autre époque ».
Selon les explications du maire d’Adja Ouèrè, la plupart des inquiétudes soulevées sont infondées. « Pour la sortie de la divinité Oro, ce ne sont pas toutes les voies qui sont fermées », précise l’autorité communale. En réalité, la divinité reste dans les forêts. Ce qui est fermé, ce sont les voies se trouvant à proximité des forêts. « De plus, la programmation est faite en tenant compte des jours d’animation des différents marchés des localités concernées par les cérémonies », poursuit le maire.
D’ailleurs, un arrêté du préfet est attendu les jours à venir pour encadrer les manifestations.