Usage de tisanes pour accouchement rapide : « C’est un danger de mort », selon Léa Kenou

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Usage de tisanes pour accouchement rapide : « C’est un danger de mort », selon Léa Kenou

Usage de tisanes pour accouchement rapide « C’est un danger de mort », selon Léa KenouLes tisanes pour accouchement rapide peuvent s’avérer très dangereuses

Pour accoucher le plus rapidement possible, avant le terme prévu par la sage- femme, plusieurs femmes ont recours à des tisanes. Vendues bon marché pour la plupart du temps sur les réseaux sociaux, ces tisanes pourraient mettre en danger aussi bien la vie de la mère que celle de l’enfant, selon la sage-femme Léa Kenou.

LIRE AUSSI:  Recrudescence de cas graves de Covid-19 au Bénin: Situation tendue dans les centres de prise en charge

Par Mathilde ASSOGBA (Stag)

De plus en plus proposées par des vendeurs d’illusions qui pensent pouvoir changer le cours normal des choses, les tisanes pour un accouchement rapide, déjà au 7e mois de grossesse, peuvent s’avérer très dangereuses pour les femmes qui s’y prêtent.
Selon Léa Kenou, sage-femme d’Etat, il n’est pas judicieux de boire une tisane dont le seul but est de vite accoucher. Chaque étape a son importance.
« La prise de tisanes bouleverse l’ordre normal des choses et peut avoir des conséquences», souligne Léa Kenou. Comme conséquences majeures, elle signale la mort du fœtus ou une souffrance fœtale, une rupture utérine, une hémorragie du post-partum, une intoxication, un changement du rythme cardiaque de la mère pouvant entraîner la mort, une hausse drastique de la tension artérielle, une déchirure grave du col de l’utérus pour ne citer que ces cas. La maïeuticienne témoigne que des femmes arrivent parfois en urgence à la maternité avec des saignements suite à la prise de ces décoctions.
« Ces tisanes induisent des contractions désordonnées et précoces », dénonce-t-elle.
L’accoucheuse rappelle que quand bien même toutes les conditions sont réunies, il peut y avoir des complications. Il ne sert donc à rien d’aggraver les choses avec ces produits bon marché dont les composants ne sont nullement maîtrisés. Notons que ces tisanes sont pour la plupart conçues par des personnes qui n’ont pas véritablement de qualifications reconnues dans le domaine. Certaines se basent sur des informations reçues sur le net ou des recettes de grand-mère n’ayant pas au préalable fait l’objet d’études scientifiques. Il y a aussi cette catégorie de femmes qui, dans la foulée, ayant connu de succès après expérimentation de ces tisanes, s’érigent en professionnelles et les revendent. Sauf que, « Ce que Adjoua a utilisé ne marchera pas forcément pour Jessica », indique la sage-femme. Chaque femme a son organisme et chaque organisme est spécifique, semblent-elles oublier.
La plupart des femmes qui s’y adonnent, justifient cet acte par le fait que nos grands-parents, de leur temps, avaient recours à cette pratique. Mais, Léa Kenou ne partage pas cet avis car, selon elle, ceux-ci buvaient certes des tisanes mais pas n’importe lesquelles et pas dans le même but. Aussi, elle soutient que « nous ne sommes pas à la même époque et nous ne savons pas grand-chose des retours négatifs de ces tisanes à l’époque. En l’absence de statistiques sur le nombre de femmes mortes des suites de complications après la prise de ces tisanes, elle invite à la prudence. « Celles qui sont mortes suite à des complications après usage de ces tisanes ne pourront plus parler. Celles qui ont perdu enfant et utérus en gardent les séquelles », note-t-elle.

LIRE AUSSI:  Prévention de la mortalité infantile: Un séjour de 48 heures obligatoire pour les accouchées

Les conditions pour un accouchement normal

Selon la sage-femme, pour le bien-être du couple mère-enfant, plusieurs paramètres sont pris en compte par les agents de santé. Entre autres, elle cite la présentation du fœtus, le poids du fœtus, l’absence de certaines maladies (drépanocytose, cardiopathie, etc.), le nombre d’accouchements par le passé, le bilan sanguin, le nombre de fœtus, la maturité et la normalité du bassin, la position du placenta, l’aspect, la qualité du liquide amniotique, etc. Autant de conditions qui doivent être réunies, d’où la nécessité d’éviter l’usage des décoctions précipitant la venue au monde du bébé car chaque étape a sa raison d’être et son importance dans le déroulement du processus d’accouchement. « Si Dieu ne voulait pas que la grossesse dure neuf mois, il allait changer les choses. La grossesse n’a jamais fonctionné comme un fast-food. De grâce, ne buvez pas tout ce qu’on vous présente. Nous voulons des accouchements sans danger », palide-t-elle.
Elle invite les uns et les autres et particulièrement les femmes en état de grossesse à faire confiance à la science. « La science a évolué et tout est mis en place pour que nous accouchions dans de bonnes conditions. Pensons-y avant de commettre l’erreur de prendre une quelconque tisane ».