Vaccination contre la Covid-19 à Bohicon : Les leaders d’opinion s’impliquent

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Vaccination contre la Covid-19 à Bohicon : Les leaders d’opinion s’impliquent

Vaccination contre la Covid-19 à Bohicon Les leaders d’opinion s’impliquentLes leaders d’opinion se serrent les coudes dans le Zou

Une tenue locale décontractée et l’air résolu. La démarche avenante et ferme, Olivier Langanfin Glèlè, président des faiseurs d’opinion du Zou, Collines, Mono et Couffo, fait montre d’un engagement spontané et désintéressé dans le cadre de la sensibilisation à la Covid-19.
Dans la commune de Bohicon, sa voix compte parmi les plus importantes. Convaincu qu’aucun sacrifice n’est de trop pour bouter ce virus hors du Bénin, il ne se fait pas prier. « La sensibilisation sur la Covid-19 concerne tout le monde. Lorsqu’un danger plane sur la tête d’un pays, on n’attend pas le dernier moment pour agir. Ce virus fait des ravages partout. La vaccination doit être le premier réflexe de tous au Bénin. C’est notre leitmotiv», lance-t-il.
La stratégie utilisée dans cette commune du Zou pour rallier le plus grand nombre à la cause est propre à la localité. « Nous sensibilisons régulièrement les populations à travers les ondes afin qu’elles aient la bonne information et se fassent vacciner. Nous mettons également l’accent sur le porte-à-porte afin de convaincre tout le monde sur la nécessité de la vaccination. Nous évoquons les exemples palpables de cas graves pour mieux éclairer l’opinion publique sur la pandémie», explique-t-il.
Pour réussir le pari, Olivier Langanfin Glèlè sait que la charité bien ordonnée commence par soi-même. Il n’hésite souvent pas à brandir son carnet de vaccination aux populations en guise d’exemple. « Je fais partie des toutes premières personnes à Bohicon à me faire vacciner. C’est sur cette base que la lutte que je mène est davantage aisée », note-t-il.
Ainsi, lui et son équipe explorent les coins et recoins de la localité tout en parlant à cœur ouvert aux populations dans les langues du terroir. «Nous parcourons les hameaux et villages pour faire passer notre message. Nous sillonnons les maisons pour expliquer les ravages de la maladie et les rumeurs qui se propagent autour d’elle », détaille-t-il.
Dieudonné Zoungbonon, chef du village de Zoungbo-bogon à Cana, arrondissement de Zogbodomey, participe également à la lutte anti-Covid-19. Il est disponible à plein temps pour sensibiliser ses administrés. L’aisance et le ton utilisé pour aborder le sujet témoignent d’ailleurs de son engagement. Chez lui, le devoir républicain prime en matière de lutte contre la pandémie. « Si le chef de l’Etat s’est impliqué personnellement dans la riposte, pourquoi devrais-je me faire prier en tant qu’élu local ? », souligne-t-il.
Le mode opératoire du chef village et son groupe est bien ingénieux. « Le conseil du village sillonne tous les jours les couvents et églises. Nous privilégions également les regroupements de masse afin de déconstruire les rumeurs concernant les vaccins et encourager les populations», précise-t-il.

LIRE AUSSI:  Protection de l’enfant au Bénin : des agréments remis aux centres d’accueil

Résistance au départ, résultats à l’arrivée

Au départ, les leaders d’opinion à Bohicon étaient confrontés à la résistance des populations. Aujourd’hui, tout évolue comme sur des roulettes. Leur détermination a fini par payer. «Au début, il y avait beaucoup d’informations erronées sur la maladie et la vaccination. Les gens avaient mêlé la pandémie à la politique, oubliant que la Covid-19 est une question de santé et donc de vie. Heureusement, avec notre implication, les populations arrivent à discerner les fausses informations des vraies et savent aujourd’hui que la vaccination est le geste idéal», se réjouit-il.
Leurs actions sur le terrain permettent d’améliorer les données. « Grâce à nos efforts, le pourcentage de personnes vaccinées augmente de jour en jour. Les gens sortent massivement », assure Olivier Langanfin.
Les moyens traditionnels mis à contribution permettent aussi d’atteindre les objectifs. «Dix personnes sur quinze se font vacciner aujourd’hui. C’est à notre actif ! S’il faut gongonner, nous le faisons. Il est déjà arrivé qu’il ait rupture de stock de vaccins », révèle Dieudonné Zoungbonon.
Le corps médical est admiratif de leur élan. «Les leaders d’opinion jouent leur partition dans la riposte à la crise sanitaire mondiale. Beaucoup de rumeurs sont répandues sur les réseaux sociaux au sujet de la vaccination. Il fallait donc convaincre les populations sur son bien-fondé. Les leaders d’opinion étant plus proches des communautés, leur concours est capital. Nous notons toujours une forte mobilisation des populations lorsqu’ils interviennent », apprécie Djibril Abogbohoué, médecin chef de la commune de Zogbodomey.
Grâce à leur présence sur le terrain, les plus sceptiques changent d’avis. « Les leaders d’opinion et les élus locaux réussissent à convaincre les indécis d’autant qu’eux-mêmes se font vacciner aux yeux de tous », apprécie Arouna, habitant de Bohicon. « Ils parlent tout le temps des bienfaits de la vaccination anti-Covid-19 et des pièges à éviter sur les chaînes de radiodiffusion et les canaux digitaux. Nous croyons à leurs messages », ajoute Arièle, résident à Bohicon.
En attendant que la crise sanitaire ne soit qu’un vieux souvenir, le comité d’engagement communautaire de Bohicon dont font partie les leaders d’opinion, multiplie les causeries, les sensibilisations à domicile et de masse pour gagner la bataille. Visiblement, ces acteurs ne sont pas prêts à se donner du répit tant que le dernier citoyen de la localité ne sera pas vacciné .

LIRE AUSSI:  Médiateur de la République: Trois diplomates hôtes de Pascal Essou

NB : Ceci est une production de la FeRCAB avec l’appui financier de l’Unicef en collaboration avec le ministère de la Santé.