Vaccination contre la méningite A dans le Borgou : Un taux de couverture encourageant

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Vaccination contre la méningite A dans le Borgou : Un taux de couverture encourageant

Vaccination contre la méningite A dans le Borgou Un taux de couverture encourageantLes objectifs ont été largement réalisés

L’heure est désormais au bilan de la campagne de vaccination contre la méningite de type A organisée du 21 au 27 mars dernier. En matière de taux de couverture vaccinale enregistré, les prévisions sont largement dépassées dans le Borgou.

LIRE AUSSI:  Plan d’action national budgétisé de planification familiale:Les engagements des OSC


Dans le département du Borgou, la campagne de vaccination contre la méningite de type A, organisée du 21 au 27 mars dernier, a connu un franc succès. En témoignent les taux de couverture enregistrés.
L’objectif de départ pour la campagne, a rappelé le chef division santé communautaire à la direction départementale de la Santé du Borgou, Moïse Chabi Esaï, c’est de vacciner au moins 95 % de la cible au niveau de toutes les communes des départements du Borgou, de l’Alibori, de l’Atacora, de la Donga et des Collines. Ce qui, selon lui, a été largement dépassé. « Si l’on désagrège les couvertures de chaque département, on se rend compte que toutes les communes sont à au moins 100 %. Dans le Borgou, on est même à 111 %», se réjouit-il.
Une satisfaction partagée par le médecin coordonnateur de la zone sanitaire Parakou-N’Dali, Akim Gouda. «Au niveau de la commune de N’Dali, sur 41 221 enfants cibles attendus, 40 657 ont pu être vaccinés, soit une couverture vaccinale de 98 %. Dans celle de Parakou, sur 92 680 enfants attendus, il y a eu près de 106 543 vaccinés. Ce qui représente une couverture supérieure à 115 %», informe-t-il. « Nous sommes donc largement au-delà des 95 % », insiste le médecin coordonnateur.
Toutefois, le chef division santé communautaire à la direction départementale de la Santé du Borgou, a souligné, qu’après les 7 jours de campagne, il y avait encore des enfants qui n’étaient pas vaccinés. D’où l’organisation des séances de rattrapage qui ont permis de les prendre en compte. Il ne pourrait en être autrement dans la mesure où, jusqu’à ce jour, cette vaccination demeure le seul moyen le plus efficace pour réduire le taux de mortalité due à la maladie et atténuer ses conséquences.

LIRE AUSSI:  Faculté des sciences de la santé: Les étudiants en odontostomatologie en sit-in ce jour