Validation du plan stratégique 2020-2024 du Fodefca: Un nouveau bréviaire pour la formation professionnelle

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Validation du plan stratégique 2020-2024 du Fodefca: Un nouveau bréviaire pour la formation professionnelle


Le Fonds de développement de la formation professionnelle continue et de l’apprentissage dispose d’un nouveau plan stratégique pour les cinq prochaines années. Ce document a été validé, ce jeudi 26 septembre à Cotonou, à la faveur d’un atelier ayant réuni les parties prenantes.

LIRE AUSSI:  Passation de service dans les ministères: Marie Laurence Sranon passe le témoin à deux ministres

Fini le pilotage à vue au Fonds de développement de la formation professionnelle continue et de l’apprentissage (Fodefca) ! Cette structure responsable de la mise en œuvre de la Politique nationale de la formation professionnelle fait sienne la pensée de Sénèque selon laquelle « Il n’est de vent favorable pour celui qui ne sait où il va », en se dotant d’un nouveau plan stratégique pour la période 2020-2024.
Le contenu dudit document a été validé hier à Cotonou, sous réserve des amendements et recommandations visant à l’améliorer, à l’issue d’un atelier lancé par le ministre du Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys. Les travaux ont connu la participation des représentants des ministères sectoriels, des organisations professionnelles et chambres consulaires, du comité de gestion du Fonds ainsi que des partenaires techniques et financiers.
Ce plan stratégique vient plus d’une décennie après la mise en œuvre du premier plan quinquennal de cet établissement public à caractère social créé en 1999 pour satisfaire les besoins en main-d’œuvre qualifiée et assurer le développement des possibilités d’adaptation ou d’accès de la main-d’œuvre à un emploi rémunérateur, selon le ministre Adidjatou Mathys. Il fait suite à un audit organisationnel et institutionnel réalisé au profit du Fonds en 2015 et qui a permis de relever des dysfonctionnements. « Il fallait sortir la formation professionnelle des sentiers battus pour regarder et affronter l’avenir avec ambitions et cohérence », justifie Gaston Rotinor Gouton, président du Fodefca.
Au nombre des faiblesses, l’analyse diagnostique révèle: l’insuffisance des ressources financières et du personnel; des conditions de travail peu motivantes; la faible visibilité du Fonds; l’absence de plan prévisionnel des ressources humaines; l’absence de pôles d’ingénierie des compétences au sein des associations et branches professionnelles. A cela s’ajoutent l’inexistence d’une loi sur la formation professionnelle, le non reversement des ressources visées par les statuts et la multiplicité des initiatives dans le secteur.
Fort de ces constats, le plan stratégique définit des priorités d’interventions en prévoyant de renforcer la veille stratégique et d’asseoir une synergie d’actions ainsi que des mécanismes innovants de financement de la formation professionnelle et d’amélioration de la gouvernance du Fonds.

Ambitions

Le plan 2020-2024 du Fodefca comporte trois parties. La première évoque le contexte et les éléments saillants du diagnostic; la deuxième aborde le cadre stratégique et les actions prioritaires et la troisième présente le plan d’actions et les modalités d’opérationnalisation des stratégies proposées, lesquelles sont assorties d’un chronogramme de mise en œuvre, précise Roger Comlan Adanhounzo, secrétaire exécutif du Fodefca. « Ce plan se refuse d’être un carcan; il ne fixe pas non plus d’œillères sur un terrain turbulent et aussi volatile que celui des compétences, à l’ère de la course effrénée vers les technologies les plus avancées», souligne-t-il. Il le considère comme un écho au programme d’action du gouvernement (Pag) qui fait du développement du capital humain, un pilier majeur pour la transformation structurelle de l’économie.
« Nous avons pris la mesure des choses et nous allons relever le défi», assure le ministre Adidjatou Mathys, comptant sur la sollicitude des Ptf qui appuient le Fodefca depuis 2001.
Djerma Lawal, président du Réseau africain des institutions et fonds de formation professionnelle (Rafpro) dont fait partie le Fodefca, se réjouit de l’élaboration de ce plan. A l’en croire, il prend en compte les grandes orientations définies par la faîtière, lesquelles visent à retenir les jeunes sur le continent et à les détourner de la gangrène du djihadisme et de la quête d’un eldorado par l’emprunt des navires de fortune vers d’autres continents.

LIRE AUSSI:  Examen du Code électoral et des dossiers de poursuites d’ex-ministres: Une session extraordinaire s’ouvre lundi prochain