Valorisation des langues nationales à Malanville: Les goulots d’étranglement mis à nu

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Valorisation des langues nationales à Malanville: Les goulots d’étranglement mis à nu


Pour son développement, Malanville a bien conscience de l’importance des langues nationales. Ces dernières méritent d’être valorisées. Tel est l’engagement pris par le maire Inoussa Dandakoé, vendredi 27 décembre dernier, au cours du lancement de la campagne d’alphabétisation 2019-2020, dans le cadre de la mise en œuvre du projet Pageda dans sa commune.

LIRE AUSSI:  Financement de projets pour l’atteinte des Odd: Le Bénin mobilise 328 milliards F Cfa

Aucune communauté ne pouvant se développer sans ses langues, nul n’a le droit de les négliger. L’entreprise n’est pas sans difficultés. Ce qui n’a pas empêché le Conseil communal de Malanville, vendredi 27 décembre dernier, au cours de la cérémonie de lancement de la campagne d’alphabétisation 2019-2020, dans le cadre de l’exécution du projet Pageda, de faire l’option de les valoriser.
Au nombre des goulots d’étranglement empêchant l’évolution normale de l’alphabétisation à Malanville, le maire Inoussa Dandakoè déplore le retard qu’accusent la plupart des apprenants. Il y a également les cas d’abandon. Aussi, a-t-il invité les différents acteurs à plus d’engagement pour la réussite de la présente campagne, laquelle est à sa troisième phase. Pour occuper un meilleur rang sur le plan départemental, le maire les a donc appelés à redoubler d’efforts.
Ce défi, ils entendent l’aider à le relever. Mais avant, ils souhaitent l’organisation d’une sensibilisation accrue pour susciter une adhésion massive des populations à ce projet. En dehors d’une prime de motivation qu’ils demandent à la mairie d’accorder aux facilitateurs, les acteurs veulent que des attestations soient délivrées aux maîtres alphabétiseurs à la fin de chaque année d’exercice.

LIRE AUSSI:  Riposte contre le coronavirus: L’Africaine des Assurances contribue pour vingt-cinq millions Fcfa