Vernissage de Zinkpè et Kifouli : quand le pont entre tradition et modernité fait forte sensation

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Vernissage de Zinkpè et Kifouli : quand le pont entre tradition et modernité fait forte sensation

Dominique-Zinkpe et Kifouli Dossou aux côtés des officielsDominique-Zinkpe et Kifouli Dossou aux côtés des officiels

Des sculptures et toiles aux mille couleurs issues du génie créateur de Dominique Zinkpè et de Kifouli Dossou, brillent actuellement sous les projecteurs de la Maison rouge. L’exposition d’œuvres d’art, lancée vendredi 10 décembre dernier, est fortement appréciée par le public.

LIRE AUSSI:  « Le Vodoun accompli… » du père Giono Brun Honfin: Un pont entre Vodoun et Christianisme

Deux formes de collections de sculptures béninoises sont sous les feux de la rampe. L’hyperbole de la tradition des jumeaux, spécialité de Dominique Zinkpè, et l’hyperbole des scènes de la vie quotidienne sculptées sur des masques Guèlèdè, marque de fabrique de Kifouli Dossou, se côtoient pendant seize jours. L’exposition des deux artistes dont les créations forment une sorte de pont entre tradition et modernité, attire des centaines d’amoureux d’œuvres d’art, des fans des deux sculpteurs mais aussi des novices.
Onur Özçeri, ambassadeur de la Turquie près le Bénin, a souvent entendu parler des deux artistiques sur la scène internationale. Ce vendredi 10 décembre, le diplomate turc est à Cotonou, et pour rien au monde, il n’a voulu manquer l’ouverture officielle de l’exposition de ces deux talents. Il fait le tour de la pièce, admire une par une la trentaine d’œuvres exposées. Au terme de sa visite, le regard admiratif, Onur Özçeri ne cache pas sa satisfaction. « Je suis une fois de plus émerveillé par la qualité des expositions du Bénin. Ce soir, nous assistons à une exposition de très haut niveau, et c’est bien que nous ayons la chance d’assister à ce genre de vernissage à Cotonou. J’espère que tout le monde va en profiter… ».
L’exposition-duo met en avant, d’une part, la juxtaposition d’une forte tradition qui continue d’exister et d’une modernité qui s’installe peu à peu, et d’autre part, l’aléatoire et comment les choses se rencontrent et se côtoient malgré elles sans que cela soit prévu, explique Céline Coyac Atindéhou, organisatrice de l’événement.
Avoir Dominique Zinkpè et Kifouli Dossou en duo sur cette activité n’était pas gagné d’avance. «J’étais parti pour exposer seul mais nous avons fait appel à Dominique Zinkpè compte tenu de son poids sur la scène internationale, et il a accepté l’offre sans hésiter », a fait savoir Kifouli Dossou. Ses masques Guèlèdè, dit-il, se démarquent des anciens masques, car il y ajoute sa touche moderne. « Ce qui devient du coup une œuvre d’art à poser dans une pièce et à admirer », commente Céline Coyac Atindéhou.
Dominique Zinkpè, quant à lui, s’inspire souvent des réalités, de la tradition et de la culture purement africaines. Pour cette exposition, et comme il en a l’habitude, cet artiste béninois très coté à l’international dévoile ses nouvelles créations au public contemporain, aux culturels vivant au Bénin, avant leur exposition dans des galeries hors des frontières nationales. Il donne un aperçu global sur des œuvres inédites qu’il a dévoilées dans le cadre de cette exposition. « Mes œuvres ont trois pôles. Mes peintures et dessins questionnent la vie après la mort : qu’est-ce que c’est que l’âme ou l’esprit ? Les sculptures, c’est pour célébrer le culte hôhô (jumeaux) qui occupe une place assez importante en Afrique de l’Ouest. Je les magnifie autrement pour leur donner une allure contemporaine. Mais il y a également une question que je n’ai jamais abordée : c’est Mami Wata. Je l’ai questionné et cela fait partie des petites surprises d’aujourd’hui ; juste pour dire qu’on vit avec notre culture et qu’on essaie de la magnifier à partir de l’art plastique », explique Dominique Zinkpè.

LIRE AUSSI:  « Le Vodoun accompli… » du père Giono Brun Honfin: Un pont entre Vodoun et Christianisme

Soutien gouvernemental

Le ministre de l’Energie, Jean Claude Houssou, fait partie des visiteurs venus admirer les coups de génie des deux artistes. Il en ressort doublement comblé. « Je suis non seulement ému mais agréablement surpris de la qualité et de la diversité de ce que j’ai vu ce soir. C’est aussi l’occasion pour moi de rencontrer, pour la première fois, les deux artistes dont j’ai des œuvres déjà. Donc, vous voyez combien je suis heureux de ce moment que je viens de passer… », affirme-t-il entre séance photos et échanges de civilités avec des connaissances à lui.
Jean-Michel Abimbola, ministre en charge de la Culture, est aussi de la partie. « Je suis là pour des amis, je suis venu pour apprécier le talent des amis et je suis là également pour dire que le gouvernement est heureux de pouvoir accompagner des artistes aussi talentueux que Dominique Zinkpè et Kifouli Dossou… », a-t-il confié. Le ministre de la Culture n’a pas non plus manqué d’exprimer sa satisfaction au regard de la qualité et de la richesse des œuvres exposées. Céline Coyac Atindéhou se félicite des échos positifs que draine déjà cette première journée de vernissage. L’exposition se poursuit jusqu’au 26 décembre prochain.