Viol aggravé Abdou : Ramane Mihinnou prend 10 ans de prison

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Viol aggravé Abdou : Ramane Mihinnou prend 10 ans de prison


Inculpé de viol, de coups et blessures volontaires, de menaces de mort et de détention illicite de chanvre indien, Abdou Ramane Mihinnou a été reconnu coupable au terme du procès hier jeudi 3 mars et est condamné à 10 ans de prison dont 66 mois fermes. C’est le verdict du huitième dossier au rôle de la première session criminelle de l’année 2022 du Tribunal de première instance d’Abomey-Calavi.

LIRE AUSSI:  Admission au Baccalauréat session de juillet 2020: Une mention ‘’Assez-Bien’’ à la prison de Parakou


Mis en détention le premier septembre 2016 pour les faits de viol, coups et blessures volontaires, menaces verbales de mort, détention et usage de chanvre indien, Abdou Ramane Mihinnou a pris 10 ans de prison dont 66 mois d’emprisonnement ferme, temps déjà passé en détention, et 54 mois de sursis. Il devrait donc être remis en liberté. Mais donnant foi aux recommandations de l’expertise médicale, le Tribunal de première instance d’Abomey-Calavi statuant en matière criminelle a également ordonné la prise en charge du mis en cause par l’Etat.
L’accusé avait 26 ans au moment des faits. Il est dessinateur, plombier et gardien d’immeuble et avait déjà été condamné à 8 mois pour coups et blessures volontaires. La victime Pascaline A. est ménagère. Elle vendait du « tofee » quand elle a été approchée par Abdou Ramane Mihinnou qui lui a proposé de lui faire visiter l’atelier de couture de sa famille afin de susciter en elle l’envie d’apprendre un métier. Après la visite, alors qu’il raccompagnait Pascaline, Abdou lui a exprimé son désir d’avoir des relations sexuelles avec elle. Face à la résistance de cette dernière, il l’a trainée dans une brousse et a abusé sexuellement d’elle après lui avoir porté des coups. Son forfait consommé, Abdou a menacé sa victime de la tuer si elle le dénonce. Il sera tout de même dénoncé puis interpelé avec en sa possession du chanvre indien. Inculpé de viol, de coups et blessures volontaires, de menaces verbales de mort et de détention de chanvre indien, Abdou Ramane s’est montré instable à l’audience d’hier. Il est sujet à des crises épileptiques. Il ne reconnait plus avoir été en possession de chanvre indien lors de son interpellation. Un fait qu’il avait pourtant avoué devant le magistrat instructeur. Abdou Ramane soutient avoir tenu les rapports sexuels avec le consentement de Pascaline. Ni la victime ni son conseil n’étaient présents à l’audience.

LIRE AUSSI:  Prison de Ségbana: Le rêve inavoué de la commune d’en tirer une plus-value

10 ans contre l’accusé

Faisant ses réquisitions, le ministère public a demandé qu’il soit retenu contre l’accusé les faits qui lui sont reprochés, notamment les faits de viol, de coups et blessures volontaires, de menaces verbales de mort et de détention de chanvre indien. Il rappelle que le viol s’entend comme tout acte de pénétration vaginale, anale ou buccale par le sexe d’autrui ou de pénétration vaginale, anale par quelconque moyen ou objet sans le consentement intelligent et volontaire de la personne pénétrée. Le magistrat Noël Houngbo situe l’élément légal dans les dispositions des articles 332 du code pénal, 3 de la loi portant prévention et répression des violences faites aux femmes. Tenant également compte des pièces jointes au dossier et en l’occurrence de l’état de l’accusé, le ministère public a requis 10 ans de réclusion. La défense s’est attardée sur la santé du mis en cause. Me Lucrèce Sakponou a invité le tribunal, dans le secret de sa délibération, à tenir compte des conclusions des examens médicaux. En effet, l’expertise médicale a conclu à l’instabilité de l’accusé et a recommandé sa prise en charge.
Statuant en matière criminelle, le Tribunal de première instance d’Abomey-Calavi a condamné Abdou Ramane Mihinnou à 10 ans de prison dont 66 mois d’emprisonnement ferme et 54 mois de sursis. L’accusé ayant déjà passé les 66 mois en détention, il ne retournera pas en prison. Toutefois, au regard de son état mental, le tribunal a ordonné sa prise en charge par l’Etat.

LIRE AUSSI:  Pour son engagement aux côtés des populations: Le Gouvernement renouvelle l’accord de siège à l’ONG A2S

Résumé des faits

Courant août 2016, la nommée Pascaline A. vendait du « tofee » quand elle a été approchée par Abdou Ramane Mihinnou qui lui a proposé de lui faire visiter l’atelier de couture de son père et de ses sœurs afin de susciter en elle l’envie d’apprendre un métier. Convaincue de la bonne foi du jeune homme, Pascaline a suivi ce dernier dans sa maison où elle a rencontré sa mère, son père et ses sœurs. Sur le chemin du retour, alors qu’il raccompagnait Pascaline, Abdou lui a exprimé son désir d’avoir des relations sexuelles avec elle. Face à la résistance de cette dernière, il l’a trainée dans une brousse et a abusé sexuellement d’elle après lui avoir porté des coups. Après son forfait, il lui a arraché son portable de marque Tecno et a menacé de la tuer si elle le dénonce. Lors de l’interpellation du jeune homme, il a été retrouvé dans son sac à main du chanvre indien. Inculpé de viol, de coups et blessures volontaires, de menaces de mort et de détention de chanvre indien, Abdou Ramane n’a reconnu que les faits de détention de chanvre indien.
Composition du tribunal

LIRE AUSSI:  Proxénétisme à Lokossa: Un Béninois et huit Nigérianes condamnés à des peines de prison

Président : Moustapha Islamiath

Assesseurs :
Vigan Nicodème
Houdegbe Théodore
Adonon Blanche
Soglohoun Gisèle

Ministère public : Houngbo Noël

Greffier : Agueh Espérat