Viol et tentative de viol (12e dossier): Cyriaque Zoungbénou condamné à 8 ans de travaux forcés et libre

Par Site par défaut,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Viol et tentative de viol (12e dossier): Cyriaque Zoungbénou condamné à 8 ans de travaux forcés et libre


Cour d’appel de Cotonou

Impliqué dans une affaire de viol et tentative de viol, l’accusé du douzième dossier inscrit au rôle de la cour d’assises de la cour d’appel de Cotonou première session de 2018 s’est expliqué sur son actes de viol, ce mercredi 18 avril. Quant à son co-accusé décédé, son cas relatif à la tentative de viol été disjoint à travers un arrêt rendu à cet effet et l’action publique éteinte à son encontre. Après examen du dossier, Cyriaque Zoungbénou a été condamné à 8 ans de travaux forcés, temps couvert et dépassé par celui de sa détention provisoire. Ainsi, il est libre de ses mouvements.

LIRE AUSSI:  Incendie volontaire: Asso Sanda derrière les barreaux pour encore 10 mois

A sa sortie du procès, Cyriaque Zoungbénou, l’accusé du douzième dossier de la cour d’assises de Cotonou, première session de 2018, était souriant. Condamné à 8 ans de travaux forcés, il n’a plus qu’à faire ses valises pour rentrer chez lui après les formalités au niveau de la maison d’arrêt de Cotonou. Mis sous mandat de dépôt le 4 janvier 2010, il a déjà passé huit ans et trois mois et quelques jours en prison.
Dans la nuit du 29 décembre 2009, la nommée G. D. était à Dessah dans la commune d’Allada pour une convention de son église. Voulant se mettre à l’aise dans la brousse, non loin du lieu où se tient la convention, elle a été surprise par Cyriaque Zoungbénou, cultivateur et dépanneur. Ce dernier a exercé des violences sur elle pour tenir des rapports sexuels avec elle.
L’enquête de moralité est favorable à l’accusé. Il n’était pas en démence au moment des faits.
Au terme des débats, la cour a reconnu le nommé Cyriaque Zoungbénou coupable du crime de viol ; faits prévus et punis par les articles 332 du Code pénal et 3 de la loi 2011-26 du 9 janvier 2012 portant prévention et répression des violences faites aux femmes en République du Bénin. En vertu de ces dispositions légales, la cour l’a condamné à la peine de huit ans de travaux forcés.
Il a été défendu par Me Rufin Bahini très satisfait, vu que ce verdict est allé dans le sens de sa plaidoirie.
L’audience a été suspendue et reprend ce matin avec le 13e dossier dont le mis en cause Cyprien Houngbo répondra des faits de coups mortels?

Composition de la cour :
Président : Eliane Noutaïs Guézo
Assesseurs : Ali Aboudou Ramanou et Malik Cossou
Jurés : Michel Moïse
Makia Léchékon ;
Sosthène Jean Noël
d’Almeida ; Pélagie
Lokossou et Sidonie
Yètondji Dégila épouse Gbédji.

Ministère public : Mario Métènou
Greffier : Désiré Sèmèvo

LIRE AUSSI:  Incendie volontaire: Asso Sanda derrière les barreaux pour encore 10 mois