Violences à l’encontre de la communauté peulh de Cobly : 7 morts et environ 3000 déplacés

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Violences à l’encontre de la communauté peulh de Cobly : 7 morts et environ 3000 déplacés


On en sait davantage sur le bilan des violences à l’encontre de la communauté peulh dans la commune de Cobly suite à la découverte du corps d’un homme éventré dans une ferme dans l’arrondissement de Datori. Meurtre dont on accuse les transhumants. Les autorités communales de Cobly et de Matéri ont fait part des statistiques dont elles disposent s’agissant des dégâts de ce drame. Ces violences auront fait sept morts et environ 3.000 personnes déplacées dans le rang des éleveurs, selon un bilan provisoire fait par les autorités des deux communes. 

Sur le site d’accueil de Cobly centre, on évoque 2214 déplacés dont 1648 enfants et 13 femmes enceintes. 265 sinistrés dont 181 enfants et deux femmes enceintes sont accueillis sur le site de l’arrondissement de Tapoga dans la commune de Cobly.
A Matéri, les autorités évoquent 380 déplacés dont 76 sur le site de Gouandé, 218 à Kouforpissiga et 86 à Tcharikouanga. Parmi ces déplacés 111 enfants de moins de 5 ans et deux femmes enceintes.
Près de 900 déplacés sont aussi annoncés dans la commune de Tanguiéta.
Accueillis dans des conditions précaires, ces sinistrés sont dans l’attente d’aides. En dépit de l’assistance en vivres et en matériel de couchage portée par le gouvernement à travers l’Agence nationale de protection civile il est à souligner que la situation sanitaire est l’une des plus déplorables sur les différents sites. Les besoins en soins de santé et de médicaments de première nécessité s’avèrent abyssaux.

LIRE AUSSI:  Inauguration d’un institut de formation et de production agropastorale: Le diocèse de Lokossa et l’Ong Afrique Bien-être soutiennent l’auto-emploi

 

On en sait davantage sur le bilan des violences à l’encontre de la communauté peulh dans la commune de Cobly suite à la découverte du corps d’un homme éventré dans une ferme dans l’arrondissement de Datori. Meurtre dont on accuse les transhumants. Les autorités communales de Cobly et de Matéri ont fait part des statistiques dont elles disposent s’agissant des dégâts de ce drame. Ces violences auront fait sept morts et environ 3.000 personnes déplacées dans le rang des éleveurs, selon un bilan provisoire fait par les autorités des deux communes. 

Sur le site d’accueil de Cobly centre, on évoque 2214 déplacés dont 1648 enfants et 13 femmes enceintes. 265 sinistrés dont 181 enfants et deux femmes enceintes sont accueillis sur le site de l’arrondissement de Tapoga dans la commune de Cobly.
A Matéri, les autorités évoquent 380 déplacés dont 76 sur le site de Gouandé, 218 à Kouforpissiga et 86 à Tcharikouanga. Parmi ces déplacés 111 enfants de moins de 5 ans et deux femmes enceintes.
Près de 900 déplacés sont aussi annoncés dans la commune de Tanguiéta.
Accueillis dans des conditions précaires, ces sinistrés sont dans l’attente d’aides. En dépit de l’assistance en vivres et en matériel de couchage portée par le gouvernement à travers l’Agence nationale de protection civile il est à souligner que la situation sanitaire est l’une des plus déplorables sur les différents sites. Les besoins en soins de santé et de médicaments de première nécessité s’avèrent abyssaux.

LIRE AUSSI:  Abdoulaye Moumouni, promoteur apicole: « L’apiculture et le reboisement sont deux choses indissociables »