Visite à Glo-Djigbé – Zè : Le corps diplomatique impressionné par la zone industrielle

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Visite à Glo-Djigbé – Zè : Le corps diplomatique impressionné par la zone industrielle

Visite à Glo-Djigbé – Zè Le corps diplomatique impressionné par la zone industrielleLe corps diplomatique a visité les infrastructures dont les magasins d’entreposage

Au tour des membres du corps diplomatique de découvrir les réalités de la Zone industrielle de Glo-Djigbé – Zè, hier jeudi 10 février. Ambassadeurs et consuls honoraires ont été admiratifs des réalisations présentées à travers les exposés et la visite pratique sur les 400 hectares mis en valeur sur un total de 1640 hectares prévus pour le parc industriel. L’ambassadeur du royaume du Maroc au Bénin, comme bien d’autres, est tombé sous le charme de ce qui sera bientôt le cœur de l’économie du Bénin. « Nous sommes impressionnés par le travail colossal fait en si peu de temps. Nous constatons la concrétisation de la vision du président Patrice Talon concernant l’industrialisation du Bénin. C’est le meilleur choix qu’un gouvernement puisse faire», a déclaré Rachid Rguibi.
Les ambassadeurs n’ont pas manqué de demander des précisions sur les différentes explications fournies par Laurent Gangbès, directeur général de l’Agence pour la promotion des investissements et Létondji Béhéton, directeur général de la Société des investissements et de la promotion de l’industrie. « Qu’en est-il de la définition d’un salaire minimum pour les travailleurs de la zone ?», « Quelle est la procédure administrative à suivre pour s’installer dans la zone ? », « la liste des secteurs d’activités présentée est-elle limitative», « quel est le niveau de production en carbone de la zone ? », … Une série de questions qui montre l’intérêt de ce public particulier pour le parc industriel naissant. Et ils ont eu les réponses adéquates de la part de leurs deux principaux interlocuteurs pour assouvir leur soif.
Selon les développements, une centrale solaire sera installée sur 1200 autres hectares annexés à la superficie dédiée aux industries. Ce qui rendra la zone neutre en carbone. Aussi, des démarches sont en cours pour que la loi créant la zone économique spéciale soit modifiée afin de fixer un salaire minimum pour les travailleurs. Toutes choses qui permettront aux entreprises d’exporter sur les marchés les plus rentables notamment l’Union Européenne et les Etats-Unis. Autre réponse: les investisseurs intéressés par la zone peuvent s’adresser à l’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex) ou se rendre sur le site de la Gdiz pour avoir toutes les informations sur les facilités et procédures administratives. D’ailleurs, précise Laurent Gangbès, la Caisse nationale de sécurité sociale et les services de l’immigration sont déjà installés. Les impôts, la douane, la direction du travail, la police et toutes les administrations pouvant être utiles aux investisseurs sont en cours d’installation. « C’est le projet de la vie du Bénin. Nous ferons tout pour qu’il réussisse car derrière lui, il y a la vie de milliers de femmes et hommes», conclut le directeur général de l’Apiex. Il le dit parce que la Gdiz, c’est 500 millions de dollars d’accords déjà conclus avec une vingtaine d’entreprises qui pourront s’installer en régime de promotion des échanges intracommunautaires ou en régime d’exportation, 20 000 emplois pour les premières années et 300 000 emplois à l’horizon 2030, l’augmentation de la production manufacturière de 500 %, des mesures fiscales et douanières aux entreprises, A Létondji Béhéton d’ajouter que ce projet est « l’illustration de ce qui est possible quand l’Etat et le secteur privé se mettent ensemble pour trouver des solutions aux problèmes ».

LIRE AUSSI:  Célébration du ramadan : La communauté musulmane d’Akpakpa implore la bénédiction divine