Visite du parc national de la Pendjari: L’engagement du gouvernement pour la conservation des aires protégées

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Visite du parc national de la Pendjari: L’engagement du gouvernement pour la conservation des aires protégées


José Didier Tonato, ministre du Cadre de vie et du Développement durable a effectué les 26 et 27 mai derniers une descente dans le parc national de la Pendjari. Accompagnée d’une forte délégation, l’autorité ministérielle est allée visiter les infrastructures du parc. Elle a profité de l’occasion pour suivre un exposé sur les avancées et difficultés que rencontre le personnel dans la gestion du parc.

LIRE AUSSI:  Assainissement de base et hygiène en milieu scolaire: Travailler dans des conditions convenables, malgré les pluies

Le parc national de la Pendjari a reçu les 26 et 27 mai derniers la visite du ministre du Cadre de vie et du Développement durable. Il était accompagné de Ferdinand Kidjo, directeur général du Centre national de gestion des réserves de faune (Cenagref), Edmond Toli, directeur général de l’Agence nationale de promotion des Patrimoines et de développement du Tourisme (Anpt) et Angelo Amoussou, chargé du projet Parcs nationaux. Lors de sa descente, la délégation a visité les infrastructures réalisées dans le parc et suivi un exposé sur les avancées et difficultés rencontrées dans sa gestion. Au titre des avancées, il convient de citer la réhabilitation des infrastructures du parc, notamment la construction d’une base opérationnelle à l’intérieur du parc et d’une piste d’atterrissage pour les aéronefs, la construction de 115 km de nouvelles pistes, l’entretien des anciennes pistes, l’achat de deux aéronefs Ulm et la location d’un hélicoptère pour la surveillance aérienne du parc. Dans le cadre du renforcement de la lutte anti-braconnage, 136 Rangers ont été recrutés et assurent leur mission. Des patrouilles sont organisées quotidiennement, de jour comme de nuit, pour assurer la protection de la faune et la sécurité dans les zones périphériques du parc. L’autre avancée concerne le suivi écologique. Des inventaires de la faune ont été réalisés. De plus, des colliers satellitaires ont été posés à des éléphants, lions et antilopes afin d’assurer leur suivi à distance. Egalement, de nouveaux circuits touristiques ont été réalisés afin de mieux satisfaire les visiteurs. Un projet de construction de nouveaux hôtels est élaboré. Un plan de développement communautaire a été adopté en faveur des localités riveraines du parc. Ledit Plan s’articule autour de trois axes à savoir, l’engagement à la conservation, l’éducation et l’entreprise. L’objectif est de renforcer l’adhésion des communautés à la conservation du parc, soutenir l’éducation des écoliers et élèves et promouvoir les activités génératrices de revenus afin de contribuer au bien-être des populations riveraines. Dans ce cadre, une Convention de partenariat a été conclue et mise en œuvre avec l’Association villageoise de gestion des réserves de faune (Avigref) pour une meilleure implication des communautés riveraines dans la protection du parc.

LIRE AUSSI:  Situation alimentaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest: Les mesures du dispositif régional de gestion des crises
Des perspectives

Au nombre des contraintes, il est à noter la situation sécuritaire dans la sous-région caractérisée par les attaques terroristes au Burkina Faso et au Niger avec lesquels le Bénin partage le Complexe W-Arly-
Pendjari ainsi que les menaces qui continuent de peser sur le parc, notamment le braconnage, la transhumance illégale, la pêche illégale et le front agricole.
Les responsables du parc, lors de la visite du ministre, ont remercié ce dernier pour l’appui du gouvernement et présenté les perspectives pour le renforcement du dispositif sécuritaire à travers notamment la multiplication des points d’observation, la construction de miradors pour l’observation du côté du Burkina, l’organisation d’entraînements spéciaux en faveur des équipes, le perfectionnement des ordres et des mesures de coordination, l’amélioration de la couverture du parc en matière de communication, l’acquisition d’un hélicoptère propre au parc et de radars de détection électroniques, de caméras-pièges, d’équipements de vision nocturne et de caméras thermiques.
Dans son intervention, José Didier Tonato, ministre du Cadre de vie et du Développement durable, a salué l’organisation mise en place au niveau de la salle d’opérations. Il a adressé ses félicitations et encouragements à toute l’équipe et promis de maintenir le contact avec la hiérarchie militaire. Aussi, il a promis de poursuivre le plaidoyer auprès du gouvernement en vue de solutions aux difficultés rencontrées.
Par ailleurs, les discussions ont été poursuivies entre l’autorité ministérielle et l’équipe d’African Parks sur la situation sécuritaire et les actions à entreprendre en direction de certains pays voisins comme la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Niger afin de les convaincre pour des partenariats avec African Parks pour la gestion de leurs aires protégées, eu égard aux succès enregistrés au Bénin. De tels partenariats permettront de mieux sécuriser le complexe W-Arly-Pendjari partagé entre le Bénin, le Burkina Faso et le Niger.
Peter Feamhead, président directeur général d’African Parks, a remercié le ministre et le gouvernement du Bénin pour leur engagement et leur soutien à la conservation des aires protégées, notamment les parcs nationaux de la Pendjari et du W-Bénin. « Le Bénin a fait des avancées exceptionnelles en Afrique de l’Ouest », a-t-il confié?