Vœux du personnel aux ministres Orounla et Zoumarou: Des engagements à œuvrer pour le développement

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Vœux du personnel aux ministres Orounla et Zoumarou: Des engagements à œuvrer pour le développement


Le personnel des ministères du Numérique et de la Digitalisation et de la Communication et de la Poste a sacrifié à la tradition de présentation de vœux, ce mercredi 8 janvier, à leurs ministres. A l’occasion, diverses préoccupations exprimées par les agents ont eu une réponse conséquente de la part des deux ministres.

LIRE AUSSI:  Jean Claude Houssou, ministre de l’Energie: « L’énergie est un catalyseur des activités économiques»

En procédant à la présentation de vœux aux ministres Alain Orounla et Aurélie Adam Soulé Zoumarou, le personnel a exprimé diverses préoccupations. Elles portent sur la gestion du patrimoine issu du ministère de l’Economie numérique et de la Communication dont la scission a donné naissance au ministère de la Communication et de la Poste d’une part et au ministère du Numérique et de la Digitalisation d’autre part. « Les deux ministères sont des siamois qui ne sauraient en aucun cas se séparer ». C’est l’assurance donnée par le ministre Alain Orounla au personnel des deux ministères. Il a été soutenu par Aurélie Adam Soulé Zoumarou. Selon Alain Orounla, ce qui est génétiquement enraciné ne peut pas connaître de séparation comme le prétendent les travailleurs. Il a rassuré qu’il n’y aura pas de séparation entre les deux départements qui d’ailleurs ne peuvent pas évoluer l’un sans l’autre, dans un contexte de développement du secteur des médias et celui du numérique. Il a appelé le personnel à garder à l’esprit l’unité nationale, la solidarité et la complémentarité qui caractérisent les deux ministères. En réponse aux vœux des agents, les deux ministres ont appelé à un changement de paradigme, invitant le personnel à travailler sans relâche.
L’exemple en la matière, c’est le chef de l’Etat, martèle le ministre Alain Orounla. Il travaille avec acharnement pour révéler le Bénin, un principe que chaque Béninois devra s’approprier pour contribuer au développement du pays. « Grâce aux réformes, nous commençons à voir clair dans le développement du pays », poursuit-il en rappelant que c’est par le travail que le ministère va connaître son développement. « Que chacun songe à ce qu’il a à faire et à ce qu’il doit faire pour qu’il y ait une plus-value et non l’inverse. Nous ne pouvons pas continuer à être des collaborateurs de jouissance mais de labeur », conseille Alain Orounla. Il a espoir que l’heure du développement du Bénin a sonné. Pour sa part, Aurélie Adam Soulé Zoumarou a indiqué qu’il faut des personnes pour mettre en œuvre les réformes initiées par le chef de l’Etat. Il a fallu la détermination et l’engagement pour espérer le niveau de développement auquel le Bénin est parvenu. En dépit des difficultés, les deux ministères ont pris leur envol pour produire des résultats dans l’atteinte des objectifs à eux fixés.

LIRE AUSSI:  Bénin start-up week 2018: Encourager l’esprit de créativité des promoteurs du numérique

Perspectives pour l’année 2020

En s’attelant à la présentation du bilan de l’année 2019, Aboubakar
Chabi Boubakar, secrétaire général du ministère du Numérique et de la Digitalisation a indiqué que les deux ministères ont fonctionné avec un effectif de 263 agents sans ceux des structures sous tutelle. L’enveloppe budgétaire annuelle allouée à l’ex-ministère de l’Economie numérique et de la Communication est de 26.742.805.000 francs Cfa, un crédit bien arrimé activités y afférentes. Au 31 décembre 2019, le taux d’exécution physique du Plan de travail annuel est de 36,37 % et celui d’exécution financière est de 102,72 % pour le budget national seul et de 60 % lorsqu’on prend les ressources extérieures, a informé le secrétaire général. « L’utilisation judicieuse de cette ressource a permis d’atteindre des résultats encourageants tant dans l’administration générale que dans la dynamisation de l’écosystème du numérique… », fait-il savoir.
Au nombre des difficultés, Aboubakar Chabi Boubakar a évoqué le déficit en ressources humaines, l’insuffisance de moyens matériels et financiers, l’insuffisance du renforcement des capacités du personnel. Comme perspectives, « l’année 2020 se veut être celle du sprint final en ce qui concerne la réalisation des grands chantiers du Pag. Le personnel reste mobilisé pour l’atteinte des objectifs fixés aux deux départements. Pour ce faire, il importe d’une part de finaliser le processus de répartition du personnel et d’autre part du patrimoine de l’ex-ministère de l’Economie numérique et de la Communication entre les deux nouveaux ministères en vue de l’autonomisation administrative des deux départements ministériels et d’œuvrer au renforcement de capacités humaines et financières de nos structures respectives », a affirmé le secrétaire général.
Préserver les relations entre les deux ministères est une préoccupation de Amon Seth Dèdèhouanou, secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la communication. « Quand le ministre de la Communication voyage, nous aimerions avoir le ministre du Numérique comme intérimaire. Nous sommes venus du même ventre et nous ne pouvons pas comprendre que tout de suite nous devons nous éclater. Nous devons préserver les relations entre les deux départements », plaide-t-il avant de formuler le vœu de ses camarades aux ministres.