Volet formation du projet Arch : Véronique Tognifodé galvanise les mécaniciens

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Volet formation du projet Arch : Véronique Tognifodé galvanise les mécaniciens

Visite_de_Veronique-Tognifode

La ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Véronique Tognifodé, a effectué, mardi 30 novembre dernier, une descente à Lokossa, sur le site de formation des mécaniciens automobilistes enrôlés pour la phase pilote du projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch). Objectif : les motiver.

LIRE AUSSI:  Réinsertion socioprofessionnelle des détenus et ex-détenus handicapés: Les arts de la scène pour promouvoir un développement inclusif

Les mécaniciens automobilistes bénéficiaires d’une formation qui se déroule dans l’enceinte du garage communal de Lokossa, dans le département du Mono, ont été galvanisés, mardi dernier, par la ministre Véronique Tognifodé en charge des Affaires sociales et de la Microfinance lors de sa visite. Elle est l’un des ministres sectoriels qui pilotent la mise en œuvre du projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) dont le volet formation prend en compte les mécaniciens auto. Au nombre de trente répartis en deux cohortes, les mécaniciens sélectionnés dans plusieurs villes du Bénin bénéficient gracieusement de cette opportunité de renforcement de la qualité de leurs prestations. Ceci se fait sur les installations modernes du garage communal ouvert en 2018 grâce à la coopération entre la mairie de Lokossa et la Chambre des métiers et de l’artisanat de la Vendée en France. Au dire de la ministre, l’objectif de sa descente, c’est de « voir comment se déroulent la formation et la remise à niveau des mécaniciens auto bénéficiaires du projet Arch ». Sur le site, la ministre et sa suite dont le préfet du Mono et le coordonnateur de l’Unité de gestion du projet Arch, Venance Célestin Quenum, ont visité la salle des enseignements théoriques puis l’atelier des exercices pratiques. La visite guidée a été ponctuée des explications du personnel d’encadrement.

LIRE AUSSI:  Réinsertion socioprofessionnelle des détenus et ex-détenus handicapés: Les arts de la scène pour promouvoir un développement inclusif

Satisfaction

Au terme de cet exercice, la délégation n’a pu cacher sa satisfaction. « Vous constatez avec moi que le projet Arch, lancé en juillet 2018 par la phase pilote du volet Assurance maladie a pris corps dans plusieurs de ses volets et fait profiter nos concitoyens », déclare la ministre Véronique Tognifodé. Elle ajoute que les artisans bénéficiaires des formations, assurées par des experts commis dans le cadre de la mise en œuvre du projet Arch, s’en sortent avec de nouvelles connaissances leur permettant d’offrir de meilleures prestations à leurs clients. L’autre avantage, poursuit la ministre, c’est que quelques-uns des bénéficiaires sont recrutés sur des projets et grands chantiers en cours de réalisation. Outre la mécanique automobile, le volet formation du projet Arch impacte les professionnels des métiers tels que la menuiserie, l’aluminium, l’énergie photovoltaïque, la peinture, le carrelage, le staffage, l’électricité bâtiment et la maçonnerie.
Membre de la deuxième cohorte des mécaniciens en formation à Lokossa, Justin Houessou Sonon, président de l’Union des garagistes professionnels du Bénin, confirme que la formation est une bonne opportunité en ce sens que la mécanique automobile est un secteur dynamique. A l’en croire, les enseignements reçus vont leur permettre de mieux satisfaire les clients mais surtout d’expérimenter une autre approche de gestion de leurs ateliers. Il promet des séances de restitution en vue de faire profiter, à leurs confrères, les nouvelles dynamiques apprises. La phase pilote du volet Formation du projet Assurance pour le renforcement du capital Humain (Arch) a été lancée, vendredi 4 décembre 2020, à Lokossa. Le coordonnateur de l’Unité de gestion du projet, Venance Célestin Quenum, rappelle que le volet formation a pour finalité de booster les chiffres d’affaires des artisans en les aidant à élever la qualité de leurs prestations.