Volet Gouvernance du programme Omidelta/Fonds Ane: Les bonnes pratiques de gestion de l’eau en partage

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Volet Gouvernance du programme Omidelta/Fonds Ane: Les bonnes pratiques de gestion de l’eau en partage

Discours du SGA-MEM

Le Volet Gouvernance du programme Omidelta tire à sa fin avec à la clé des résultats satisfaisants. Les acteurs de la gestion intégrée des ressources en eau en prennent de la graine, à la faveur d’un atelier de partage des acquis tenu hier jeudi 26 août à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Gouvernance des Pme dans un contexte de réformes fiscales: La comptabilité, une fonction à automatiser

Quelque 215 forages équipés de pompe, 6 adductions d’eau villageoises, une borne fontaine et un poste d’eau autonome (Pea) sont réparés au profit de 110 500 personnes dans 20 communes, grâce au Volet Gouvernance du programme Omidelta (Vgo). Le projet a contribué à la mise en relation des Associations des consommateurs d’eau potable (Acep) avec les Cellules de participation citoyenne (Cpc) pour le contrôle citoyen et la promotion d’initiatives durables en faveur de la bonne gouvernance dans le secteur de l’Alimentation en eau potable, hygiène et assainissement (Aepha). Il a permis de tenir 28 séances de reddition de comptes dans ces communes dont 18 (soit 23,38 % des 77 communes) ont pris l’engagement, à travers des arrêtés, d’organiser au moins une audience publique de reddition de comptes en la matière.
Ces résultats ont été passés au peigne fin, ce jeudi 26 août à Cotonou, à la faveur d’un atelier de partage des connaissances acquises dans la mise en œuvre de cette composante du programme financée par l’ambassade des Pays-Bas près le Bénin. « Nous sommes fiers de ces résultats qui contribuent à l’amélioration de la gouvernance et de l’accès à l’eau potable », se réjouit Antonie de Kemp, chef de poste adjoint à l’ambassade.
Ce sentiment de satisfaction est partagé par Apollinaire Hadonou, expert en Gestion intégrée des ressources en eau (Gire) à l’Organisation néérlandaise de développement (Snv) qui gère le Fonds Acteurs non étatiques (Ane) du programme Omidelta. Dans un passé récent, rappelle-t-il, la gouvernance dans le secteur de l’eau a été mise à mal et a constitué la source d’inspiration pour la formulation du Volet Gouvernance du programme Omidelta qui est à sa phase pilote. Sous l’égide de la Snv, cette composante du programme est mise en œuvre pendant deux ans et demi par le consortium Partenariat national de l’eau (Pne-Bénin) – Ong Alcrer – Réseau Social Watch (Bénin).

LIRE AUSSI:  An II de gestion du pouvoir de Patrice Talon: Le Fsp dresse un bilan peu reluisant de la gouvernance

Divulguer

Euloge Agbossou, président du Pne-Bénin, salue la « parfaite harmonie » et le « sens de complémentarité pour une synergie d’actions » qui ont prévalu entre les trois structures dans la mise en œuvre des activités, ainsi que la collaboration des autorités des communes concernées. L’objectif, précise-t-il, est de contribuer au renforcement des capacités des structures de concertation ou de veille pour le respect des droits humains liés à l’eau et l’amélioration de la résilience climatique, de l’équité et de la durabilité dans la gestion de l’eau au niveau du bassin de la basse et moyenne vallée de l’Ouémé. Les résultats atteints devront trouver échos favorables pour de nouvelles initiatives au service de la gouvernance de notre pays au grand bonheur des populations, souhaite-t-il.
Pour ce faire, le soutien du ministère de l’Eau et des Mines ne fera pas défaut, promet Youssouf Abou, secrétaire général adjoint dudit département. Il « apportera son appui et son accompagnement à la mise en œuvre des recommandations et suggestions de mise en œuvre afin que les effets et impacts attendus soient atteints et contribuent aux actions du gouvernement en matière de la bonne gouvernance et de l’accès universel à l’eau potable», assure-t-il.
Car, il reste encore du chemin à parcourir avec l’importance d’une bonne gestion de l’eau qui ne fait qu’augmenter, selon Antonie de Kemp. Pour lui, les solutions durables aux grands défis nécessitent une approche inclusive et une gestion transparente aussi bien au niveau national qu’au niveau des collectivités locales.

LIRE AUSSI:  Fête de la Tabaski: Une célébration sous le signe du partage et de la paix à Akpakpa