Vote du projet de collectif budgétaire 2021: Une nouvelle session extraordinaire inévitable au Parlement

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Vote du projet de collectif budgétaire 2021: Une nouvelle session extraordinaire inévitable au Parlement

Assemblée nationale

Les députés seront obligés d’ouvrir une nouvelle session extraordinaire, après celle actuellement en cours, pour l’examen et le vote de certains dossiers du gouvernement dont le projet de loi de finances rectificative gestion 2021, avant l’ouverture de leur prochaine session ordinaire.

LIRE AUSSI:  Conseil municipal de Parakou: Le collectif budgétaire 2018 passe de 6,9 à 5,165 milliards de francs

Le Parlement est tenu de se pencher sur le collectif budgétaire 2021 avant l’ouverture de sa seconde session ordinaire de l’année 2021 encore appelée session budgétaire. La nécessité de remanier le budget de l’Etat gestion 2021, selon le communiqué du Conseil des ministres de ce mercredi, découle des grandes mutations observées au cours de l’année.
En effet, les ressources et les charges pour la gestion 2021, constituées des recettes et des dépenses du budget de l’Etat ainsi que des ressources et des charges de trésorerie, s’établissent à 2 985,046 milliards FCfa contre 2 452, 192 milliards FCfa initialement prévus. Elles sont donc en hausse de 532,854 milliards FCfa représentant une progression de 21,7 %. Les ressources du budget de l’Etat remanié se chiffrent spécifiquement à
1 420,128 milliards FCfa contre 1 349,914 milliards FCfa. Cette hausse est essentiellement due à l’amélioration, renseigne le gouvernement, de la capacité de recouvrement des produits de recettes intérieures par les régies financières.
Les crédits ouverts au titre des opérations budgétaires, quant à eux, sont de 2 056,198 milliards F Cfa contre 1 780,229 milliards FCfa initialement prévus. Cet accroissement est porté par les dépenses d’investissement autant que par l’augmentation des crédits de transfert destinés au renforcement du volet social de l’action gouvernementale. Les députés auront à prendre connaissance du volumineux document du gouvernement. Ils devront l’examiner à la faveur de la troisième session extraordinaire de l’année 2021 qu’ils sont tenus d’ouvrir très prochainement.
Les parlementaires vont certainement saisir l’occasion pour ajouter et inscrire à l’ordre du jour d’autres dossiers dont par exemple le projet de loi portant Code de l’administration territoriale et le projet de loi portant dispositions spéciales de répression des infractions commises à raison du genre et de protection de la femme. Ils se sont d’ailleurs imprégnés du contenu de ces deux textes au cours d’un atelier d’information qui s’est tenu à Cotonou, jeudi 23 septembre dernier, sous l’égide du président de la République, Patrice Talon. C’est dire que l’examen des deux projets de loi devrait aller très vite au Parlement si entre-temps ils ont été inscrits au menu de la prochaine session extraordinaire. L’ouverture des travaux de la session budgétaire de l’année 2021 est attendue pour courant la seconde moitié du mois d’octobre prochain, conformément à la Constitution béninoise. Lesquels doivent être consacrés prioritairement à l’examen et au vote du projet de loi de finances gestion 2022 déjà transmis au Parlement. De toutes les façons, les prochaines semaines s’annoncent laborieuses pour la huitième législature.

LIRE AUSSI:  Campagne pour les législatives de 2019: Démarrage effectif et sans incident dans le Mono et le Couffo