La Nation Bénin...

Audience au palais de la Marina: Patrice Talon reçoit Eric Houndété

Actualités

En audience au palais de la Marina, ce lundi 24 avril, Eric Houndété, président du parti «Les Démocrates», a échangé avec Patrice Talon, président de la République, sur plusieurs sujets d’actualité. Au sortir de leur tête-à-tête, l’hôte du chef de l’Etat a exprimé sa satisfaction sur certains points et ses attentes sur d’autres.
 

Par   Joël C. TOKPONOU, le 25 avr. 2023 à 07h30 Durée 2 min.

Eric Houndété, président du parti «Les Démocrates», principal parti d’oppo-sition, au regard des 28 députés qu’il a obtenus à l’issue des dernières élections législatives, était au palais de la Marina où il a eu des échanges avec Patrice Talon, président de la République. Pour une première rencontre avec le chef de l’Etat, l’opposant ne manquait pas de sujets, les uns aussi importants pour lui que les autres. De la situation d’une frange des agriculteurs à celle judiciaire de personnalités politiques en passant par la demande d’officialisation du statut de chef de file de l’opposition et la relecture du code électoral, tout a été abordé. « Nous avons expliqué au chef de l’Etat qu’il faut aller plus loin et qu’il faut permettre aux producteurs de continuer à vivre pour produire. Il faut permettre aux producteurs de continuer à faire travailler les gens qui sont autour d’eux», a indiqué Eric Houndété. Il fait ainsi allusion à la dernière crise autour du soja, qui a été dénouée par le chef de l’Etat au terme d’une réunion au palais de la Marina.
Avec Patrice Talon, le président de « Les Démocrates » n’a pas manqué d’évoquer la situation judiciaire de certains acteurs politiques. « Nous avons dit au chef de l’Etat qu’il faut absolument qu’on trouve de solutions à cela et il a répondu que les services judiciaires sont à pied d’œuvre pour que ces questions soient réglées. Je reste optimiste par rapport à ces questions-là », informe-t-il. Pour le cas particulier des responsables de l’opposition qui sont en prison, Eric Houndété rapporte que le chef de l’Etat laisse le soin aux députés de s’en occuper. Il ne pouvait en être autrement puisqu’une loi d’amnistie relève des compétences de l’Assemblée nationale. L’initiative des 28 députés de l’opposition sera donc discutée avec leurs collègues de la mouvance pour une harmonisation des positions. Il en sera de même pour la modification du code électoral, ajoute Eric Houndété.
« Nous avons aussi abordé la question relative à la nomination du chef de file de l’opposition. C’est une question qui pose un petit problème puisque le président de la République ne peut pas lui-même nommer le chef de file de l’opposition. Il s’agira probablement de corriger la loi », poursuit-il. Mais en attendant les retouches à la loi, il annonce que les actes devraient être pris en tenant compte des dispositions légales actuelles. « Nous avons fait le tour d’horizon et je suis satisfait qu’il accepte de recevoir le chef de file de l’opposition même s’il n’est pas encore consacré par un acte. Mais je ne suis pas totalement satisfait de ce que j’ai reçu », conclut Eric Houndété qui promet de continuer les actions qu’il faut afin d’avoir une satisfaction totale.

Liste des commentaires

Soyez le premier à commenter cet article
...