La Nation Bénin...

Croissance en Afrique subsaharienne: Quatre priorités pour l’action publique

Economie
Selon Younes Zouhar, représentant résident du Fmi au Bénin, la récurrence des chocs économiques a érodé une bonne partie des progrès réalisés ces dernières années en Afrique subsaharienne Selon Younes Zouhar, représentant résident du Fmi au Bénin, la récurrence des chocs économiques a érodé une bonne partie des progrès réalisés ces dernières années en Afrique subsaharienne

Les projections du Fmi pour l’Afrique subsaharienne augurent d’une embellie pour les économies en 2024. Toutefois, des risques baissiers persistants exigent des pouvoirs publics des réformes et arbitrages judicieux.

Par   Claude Urbain PLAGBETO, le 01 déc. 2023 à 01h09 Durée 4 min.
#Croissance en Afrique #subsaharienne #l’action publique

Un rebond de la croissance devrait se réaliser l’an prochain en Afrique subsaharienne, après une année 2023 difficile sur le plan économique, d’après le rapport Perspectives économiques régionales : Afrique subsaharienne (Per) intitulé « Une éclaircie à l’horizon ? » du Fonds monétaire international (Fmi), au titre de l’édition d’octobre 2023. Le taux de croissance du produit intérieur brut (Pib) devrait remonter à 4,0 %, en augmentation dans les quatre cinquièmes des pays de la région, après une chute attendue à 3,3 % en 2023 et ce, pour la deuxième année consécutive, précise Younes Zouhar, représentant résident du Fmi au Bénin, lors d’un point de presse animé, ce jeudi 30 novembre à Cotonou.

Après la crise de Covid-19, le choc inflationniste survenu à la suite de la guerre de la Russie en Ukraine a suscité des hausses de taux d’intérêt dans le monde entier et entraîné un ralentissement de la demande internationale, une hausse des écarts de rendement sur les obligations souveraines et des pressions persistantes sur les taux de change, selon le Fmi. Les pays de la région ont subi le ralentissement de l’économie mondiale, une inflation globale, notamment alimentaire, un renchérissement des emprunts dû au resserrement des conditions sur les marchés financiers et une crise du coût de la vie, fait observer le conférencier.

Les perspectives sont particulièrement favorables pour les pays pauvres en ressources naturelles où les déséquilibres macroéconomiques se résorbent: l’inflation marque le pas dans la plupart des pays de la région et les finances publiques empruntent une trajectoire plus viable. Les pays de la région dont l’économie est plus diversifiée connaîtront la croissance la plus élevée. Le redressement économique de la région pourrait avoir déjà commencé, au regard de l’évolution au cours du deuxième semestre 2023. Mais, rien ne le garantit sur le long terme, d’où il importe pour les pouvoirs publics d’opérer des arbitrages pertinents.

Risques baissiers

La croissance pourrait être compromise en l’absence de réformes adéquates et en cas d’accroissement de l’instabilité politique dans la région ou de ralentissement de l’économie chinoise, souligne Younes Zouhar. Face aux incertitudes, le Fmi a identifié quatre priorités. Il incombe aux dirigeants des banques centrales de trouver les voies et moyens pour faire baisser l’inflation persistante. Dans les pays où l’inflation est élevée, il est question de maintenir les taux à leur niveau tant qu’une convergence vers sa valeur cible ne serait pas observée. Dans les pays où l’inflation augmente encore, la poursuite du resserrement de la politique monétaire peut s’avérer salvatrice.

La deuxième priorité porte sur la gestion des pressions sur les taux de change, à travers une meilleure orientation de la politique monétaire en vue de maîtriser l’inflation. Le Fonds recommande aussi le soutien ciblé en faveur des pauvres ainsi que des réformes structurelles pour renforcer le secteur des exportations, et le rééquilibrage des comptes publics lorsque le déficit budgétaire s’accentue.

Troisième priorité, les dirigeants sont appelés à honorer les remboursements de dette tout en se ménageant des marges de manœuvre pour les dépenses prioritaires de développement. Globalement, il est attendu que la politique budgétaire s’adapte à la baisse des financements sur le plan international et à la multiplication des facteurs de vulnérabilité liés à l’endettement exacerbé depuis la crise de Covid. Cela passera par l’augmentation des recettes intérieures, la rationalisation des dépenses et des emprunts prudents orientés surtout vers des secteurs productifs. Au cas où la dette n’est pas viable alors que les besoins de développement restent considérables, des restructurations s’avèreraient nécessaires.

Enfin, le Fmi exhorte les Etats à améliorer les niveaux de vie et le potentiel de croissance, en particulier dans les pays riches en ressources naturelles, informe Younes Zouhar. Les dirigeants sont appelés à mettre en œuvre des réformes structurelles favorisant la croissance du revenu par habitant, à privilégier des investissements dans les secteurs de l’éducation et du numérique et à améliorer l’environnement des affaires.